La puissance de frappe chez les fighters

L’article suit cette petite note:

!! ATTENTION !! EN 2018, LE SITE SERA DECOMMISSIONNE !! ATTENTION !!

Je n’ai plus écrit d’article ici depuis un petit temps, car je me concentrais sur mon livre, qui est maintenant disponible. Si vous avez suivi ce blog et que vous l’avez apprécié, vous allez adorer le livre. Il est facilement disponible sur Amazon:

Bonjour à tous,

Comme annoncé à la fin de mon dernier article sur ce qu’est un Knock Out, j’ai effectué des recherches afin de pouvoir expliquer comment un homme pouvait avoir assez de puissance que pour causer un Knock Out, ou des concussions à un autre.

Pour certains, ça ne semble pas compliqué; il suffit de frapper de toutes ses forces dans la tête et l’autre devrait tomber raid. Détrompez-vous, il en faut pas mal avant que le cerveau ne s’éteigne. Chez les athlètes, on peut considérer qu’un KO surviendra lorsque le choc équivaut à un HIC (Head Injury Criterion) de 250. Ce critère prend en compte l’accélération du mouvement de la tête, et la durée de cette accélération. Ce critère va évidemment dépendre de la résistance d’une personne face à un impact, du point d’impact, etc. En d’autres termes, ce n’est évidemment pas une science exacte puisque beaucoup de facteurs incertains entrent en jeu. Lors d’une émission de Fight Science, qui passe sur National Geographic, United States Tito Ortiz a donné un coup de coude sur un mannequin. Le HIC a atteint 294. Netherlands Bas Rutten quant à lui, a atteint un HIC de 384 grâce à un crochet du gauche.

Ce qu’il est important de savoir ici, c’est que les tests ont été effectué par des professionnels, s’entraînant depuis très longtemps, ils ont été champions de l’UFC (Tito en -93kg, Bas en -120kg) et ont effectué la frappe parfaite (sur un mannequin). On peut donc estimer qu’avant de placer un coup provoquant un KO, il faut de l’entraînement, et du timing !


Puissance, qu’est-ce que c’est ?
Avant toute chose, je pense qu’il est intéressant de rappeler ce qu’est la puissance; la puissance de frappe plus précisemment. Lorsqu’on parle de puissance en boxe, on parle bien de la force accouplée à la vitesse. Un coup rapide sans poids aura peu d’impact, au même niveau qu’un coup lourd (fort) sans grande vitesse fera peu mal.

Décortiquons ces deux éléments. La force combine la direction du coup, le point d’impact et l’intensité de celui-ci. Pour envoyer un adversaire au tapis, la direction et le point d’impact sont très importants, comme précisé dans l’article explicatif du KO. En ce qui concerne la force d’une frappe, c’est surtout l’intensité qui sera primordiale. On le verra au prochain point, l’intensité d’un coup dépendra surtout du « poids », de l’énergie que l’on met dans ce coup. Être musclé n’a qu’une légère influence sur cet élément. Pour ce qui est de la vitesse, il n’y a pas grand chose à raconter, la rapidité à laquelle un coup est envoyé aura une grande influence sur la puissance de celui-ci. De plus, elle aura comme second avantage d’avoir une probabilité plus élevée de toucher la cible, puisqu’elle aura moins de temps pour l’esquiver, la voir venir.


Comment se propage la puissance lors d’une frappe ?
Cette partie est très intéressante. Un coup de poing n’est pas simplement le fait de tendre son bras afin que votre poing touche l’adversaire. De même, un coup de pied n’est pas simplement balancer sa jambe jusqu’à toucher l’adversaire. Je vais expliquer ce qu’il se passe lors d’un coup de poing direct bien effectué. C’est plus ou moins pareil pour les jabs, crochets, uppercuts et kicks, bien entendus.

Lorsque l’on donne un direct, c’est un flux d’énergie qui se propage dans le corps. En général, avant de donner un direct, le talon arrière du boxeur est légèrement levé. Au moment de la frappe, le pied va pivoter en direction du coup, dans ce cas-ci, il va se lever davantage. L’énergie part donc de la jambe arrière. Cette énergie se propage automatiquement dans le mollet qui doit se contracter afin de lever le talon et elle continue son chemin dans la cuisse; avant le coup les genous sont un peu fléchis et ils se tendent légèrement lors de l’envoi du poing, augmentant donc l’énergie par le biais de ce mouvement. C’est au tour des hanches de recevoir ce flux et de l’intensifier avec une rotation en direction de l’adversaire. La plupart des personnes ont plus de force dans les jambes; ceux qui font de la musculations soulèvent des poids plus lourds aux exercices des jambes, si ils s’entraînent de manière complète du moins. L’énergie accumulée jusqu’aux hanches est donc déjà fort élevée avant d’arriver dans le plus gros muscle parcouru, celui du dos. Le dos va permettre au torse de pivoter rapidemment, et avec du poids jusqu’à envoyer cette énergie dans l’épaule. C’est lors de cette brève étape que le combattant va expirer fort et rapidemment. Expirer va permettre de mieux lâcher le coup, de mieux propager l’énergie. L’épaule ne va pas ajouter d’énergie au coup, elle permettra juste de la transférer pour l’envoyer dans le bras. C’est ici que le bras se tend jusqu’à atteindre la cible, l’énergie n’augmente pas beaucoup dans ce processus, mais il est important de savoir qu’elle diminue en fin de mouvement, ou lorsque le mouvement ralentit/s’arrête.

L’adversaire recevra donc un coup dont l’énergie part du pied, augmente grâce à différents muscles de la jambe, et aux rotations de différentes partie du corps. C’est ainsi que certains combattants arrivent, à l’aide d’un poing, à envoyer quelqu’un au tapis.

Dernière note importante de ce chapitre; il est indispensable d’être concentré (regarder) la cible lors du coup sans quoi, on perd en précision et en énergie !


En conclusion…
Bien que cela puisse sembler simple au premier abord, le coup le plus basique demande une grande synchronisation du corps. Il est clair qu’il vaut mieux avoir une excellente technique de frappe (et croyez-moi, ça prend du temps!) que de gros muscles, ou plus particulièrement, des gros bras. Combien de fois des amis ne m’ont pas dit « il vaut mieux pas chercher des poux à celui-là », juste parce que ces bras étaient impressionnants. La musculation fait perdre en vitesse et demande à votre corps un effort plus conséquent pour bouger, donc fatigue plus vite. Une grande majorité des boxeurs restent à distance des haltères. C’est différent pour les combattants en MMA puisque la force (en plus de la puissance) à son utilité pour les amenées au sol et le combat au sol !




Catégories :Dossier

Tags:, , ,

11 réponses

  1. Même pas peur 🙂

  2. Terrible article. Super super intéressant. Pour ne pas changer.

    Trop hâte de pouvoir lire le prochain !!

  3. Très correct. On le sent, si on ne fait pas une des étapes citées, on remarque directement un manque de puissance dans le coup !

    Joli article !

  4. Toutes les choses qu’on ne sait pas…. Même en temps que boxeur !
    Bon, après explications ca devient logique !! 😀

  5. Cain Velasquez est… Impressionnant !
    Les fighters MMA sont certainement les sportifs les plus complets, rien à dire !!

  6. Très sympa et instructif l’article !! 🙂

  7. Un excellent moment passe en votre compagnie, je vous remercie bien pour cette excellente.

  8. Même si je le savais déjà,il est bien de toujours se le rappeler en lisant de magnifiques articles comme celui-çi.

Rétroliens

  1. L’endurance en MMA « chrismmathoughts
  2. L’importance des muscles, et les muscles importants en MMA « chrismmathoughts
  3. L’importance des muscles, et les muscles importants en MMA « chrismmathoughts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :