Sisu mouthguards: Le test

Préambule: Tous les tests effectués qui seront partagés sur le blog seront des tests « brutes »; l’utilisateur n’ira pas lire les informations que l’on peut trouver sur les sites des éléments testés afin de ne pas être influencé.

Christopher Genachte et son protège-dents SISUNotre rédacteur et coach de MMA Christopher Genachte a essayé ce nouveau concept, cette nouvelle forme de protège-dents, les SISU, et nous fait part de son test.

Légèrement plus cher que les protèges-dents classiques, ce dernier a tout intérêt à avoir des avantages conceptuels par rapport à ceux que l’on peut trouver dans un Décathlon pour 5€. En effet, lorsqu’on ne concurrence pas sur le prix, on se doit de concurrencer nos adversaires sur l’idée, la conception, la qualité ou l’unicité.

De son Design, SISU sort déjà du lot, il ne s’agit pas du simple modèle transparent. Par ailleurs, il n’y a pas les extravagentes possibilités d’avoir un effet « dents », ni un logo particulier sur l’outil qui assure la sécurité des dents dans les sports de combat. Cependant, est-ce réellement important ? Tout comme dans la mode selon Chris, le confort passe avant l’image. Donc, un design simple et particulier, très bien. Mais on n’y met pas le prix pour quelque chose de couleur simplement uniforme. Quoi que… Ice Watch a étonnamment bien fonctionné sur le marché de ceux qui voulait l’heure à leur poignet.

Après l’achat, comme pour tous les protège-dents, il faut le mouler. On ne trouvera de toute manière jamais une protection dentaire qu’on ne peut pas personaliser. L’alignement des dents diffèrent chez tout le monde. C’est lors de cette étape qu’on réalise déjà qu’il  a un énorme avantage à posséder un SISU; le moulage est plus agréable. En effet, avec n’importe quel protège-dents, il faut faire bouillir de l’eau à 100°, y tremper notre nouvel achat avant de le mettre en bouche pour l’adapter à notre dentition. Ce processus peut légèrement brûler la langue, ou la gencive, voire même être désagréable pour ceux qui ont les dents sensibles à la température inhabituelle (mordre dans une glace, c’est inversément pareil. Ca va, vous suivez ?). Avec SISU, de l’eau à 55° suffit pour commencer son moulage, qui est tout aussi facile par la suite.

Un gros avantage, certes, mais il s’agit d’une étape unique, on adapte notre protection une seule fois dans la durée de vie de ce dernier. Alors, what’s next ? Ca ne peut pas être le seul avantage.

Direction l’entraînement où le coach peut réellement tester le but premier d’un protège-dents; l’utiliser à l’entraînement. Un nouvel avantage se remarque dans les 5 premières secondes de l’essai; la respiration ! Souvent problèmatique avec ce qu’on achète dans les magasins classiques, ici, nous pouvons respirer comme si nous ne portions rien. Alors, avantage ? Oui, surtout si nous comptons aussi combattre avec un SISU. On y viendra plus tard.

Pour un coach particulièrement, il y a une nouvelle grosse plus-value à cette marque; la facilité de s’exprimer. Alors qu’avec un protège-dents simple, il faut l’enlever pour parler et se faire comprendre, celui-ci permet une élocution parfaite (à condition d’en avoir une de base, bien sûr) sans baver.

L’entraînement commence, et c’est après un échauffement intense que l’on peut confirmer que le SISUguard ne dérange pas du tout la respiration et permet une performance optimale lors d’exercices difficiles et intenses. Et vient enfin le dernier petit plus du concept; boire ! On ne doit pas l’enlever, et l’eau (oui, il faut boire de l’eau, rien d’autre, lorsqu’on s’entraîne moins de deux heures)… Et on ne clache (belgissisme, sorry) pas.

Des avantages non-négligeables, donc, qui, selon les besoins clients, peuvent facilement justifier les quelques sous à mettre en plus pour se l’octroyer. Ne pas devoir enlever un protège-dents agréable à mouler durant un entraînement puisqu’on peut respirer, parler et boire aisément, c’est quand même génial.

La dernière question, qui finalement, est la plus importante.. Est-ce que cela protège aussi bien ? Difficile de faire un réel test. A l’entraînement, il est clair que celui-ci suffira et protègera les dents lors d’un sparring à 70%. Maintenant, Christopher nous indique qu’il se sentirait peut-être moins à l’aise à l’idée de devoir combattre avec un SISU plutôt qu’avec un autre, classique. En bref, avoir un SISU sera quoi qu’il en soit fort amorti lors des entraînements. Rien n’empêche d’en posséder un pour les entraînements, et utiliser un classique pour les éventuels combats si on se sent moins à l’aise avec le SISU. Il faudra bien entendu utiliser le classique ici et là pour rester habitué à respirer avec.

Un test concluant: Christopher dit « j’achète, et j’utilise ! »

En plus, ils ont l’intelligence de sponsoriser le documentaire de Tarec. What’s not to like, hey ?

Documentaire Tarec Saffiedine



Catégories :Tests

Tags:, , , ,

1 réponse

  1. D’après l’article, pour les trainings ça a l’air vraiment pas mal.
    Donc ce qu’il me faut 🙂
    Ou les acheter?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :