Stratégie: Saffiedine à l’approche de Brown

Le 24 janvier 2015, Tarec Saffiedine s’en ira à Stockholm, la capitale Suédoise afin d’affronter Matt Brown lors du (probable) co-main event de l’UFC On FOX 14. Le Main Event est réservé par le combattant local Alexander « The Mauler » Gustaffson, qui devait affronter Rashad Evans, blessé. Il est donc en attente d’un adversaire (Anthony Johnson, Ryan Bader ou Ovince Saint-Preux, possiblement). Ce co-main event est en tout cas très attendu des fans puisqu’il réunit deux des meilleurs strikers de la divsion, et il intrigue les fans de MMA avec un classique « technical fighter vs brawler ».

Affronter Matt Brown, qui porte bien son surnom « The Immortal », n’a rien de facile, ou de motivant sur papier; récemment sur une magnifique série, l’Américain avait enchaîné 7 victoires, incluant 6 finishes. Tout comme Jon Fitch après son affiche face à Georges Saint Pierre, Matt Brown a vu la reconnaissance de son talent exploser lors d’une défaite, et après une longue série de combats remportés. En effet, c’est suite à un combat très disputé contre le prochain challenger à la ceinture, Robbie Lawler, que Matt Brown a fort impressionné les sceptiques. Une défaite serrée au terme d’un combat très actif et très disputé de 5 rounds.

Analyse factuelle de Matt Brown: Ce grand (1m83) welterweight est réputé pour son agressivité et son excellente boxe, qui est son background, qu’il a fait évolué en Muay Thai – possédant maintenant de redoutables sweep, après avoir placé coudes et genoux au corps à corps. Il combat avec une posture orthodoxe et a fortement amélioré sa lutte en rejoignant Matt Hughes, il possède un jeu au sol fort sous-estimé, avec une garde difficile à gérer. Sa réussite dans le MMA lui a permis de sortir de son passé noir, une période pendant laquelle il a fait des excès dans la drogue et l’alcool, expliquant peut-être pourquoi son point faible physique est son foie.

Analyse technique: Beaucoup de gens se méprennent à dénigrer l’endurance du combattant. Il paraît vite fatigué, mais sa réserve est développée. Il a tenu les 5 rounds face à Robbie Lawler en montrant certes quelques signes de fatigue dès la deuxième reprise, mais restant dangereux jusqu’à la fin du 5ème round ! Face au Belge, il ne devra, au maximum, tenir que 3 rounds, ce qui peut représenter un avantage pour un combattant offensif et extrêmement agressif comme Brown. Son style si agressif explique d’ailleurs ces signes de fatigue rapides.

Face à un tel style, il existe en général deux gameplans qui peuvent réussir, et on le voit notamment sur Joe Lauzon, ou Dong Hyun Kim, d’autres combattants agressifs; soit être plus agressif, comme l’a fait Jim Miller contre Lauzon. Mais Matt Brown a un très bon jeu de contre; Robbie Lawler a tenté d’être l’agresseur dans leur rencontre, et il a arrêté après 1min30; Matt Brown l’avait sonné en contre. L’autre gameplan est de miser sur un bon jeu de jambe et un excellent jeu de contre; ça a fonctionné pour Tyron Woodley contre Dong Hyun Kim, ou Anthony Pettis face à Joe Lauzon. Ou, meilleur exemple encore, Robbie Lawler face à Matt Brown.

Saffiedine contre Marquardt avec un jab

Saffiedine contre Marquardt avec un jab

L’immortel aime contrôler la cage au centre, et attaquer en avançant pour se retrouver dans l’une de ses zones de confort; le clinch, dans lequel il excelle avec de très bons coudes et genoux, et surtout, de solides sweeps. Il a également cette faculté de sortir rapidement de ses zones d’effort (être pressé contre la cage, être mal embarqué au sol). Pour finir, sa lutte s’est améliorée au point de pouvoir amener n’importe qui au sol, et garder son adversaire attentif non seulement à son dangereux striking, mais à ses réductions de distance pour un éventuel clinch ou takedown. D’où l’importance de rester en mouvement constant, et être très attentif à son attaque en direct. En effet, dans 60% des cas, Matt va ouvrir ses combinaisons par un direct. En southpaw – comme Robbie Lawler – cela ouvre un contre via un jab en sortant sa tête sur l’extérieur, suivi d’un uppercut arrière, contre qui a bien marché pour « Ruthless ». Tarec Saffiedine a l’avantage de pouvoir passer du southpaw à l’orthodoxe comme il le veut pour que son adversaire ne s’habitue jamais à la distance qu’il peut imposer. Une autre option choisie par le prochain challenger à la ceinture; l’attente. Il ne bougeait pas, poussant Matt à être l’agresseur. Mais il avait bien analysé son adversaire, qui attaque souvent de manière fort ouverte – il ne s’agit pas de jab/direct droit, mais un peu courbé – offrant la possibilité de contrer par l’intérieur, en jab/direct dans l’angle d’attaque. Il est donc contrable de l’intérieur (plus risqué) et de l’extérieur. Tarec aimant bien les déplacements latéraux, il peut rapidement trouver une aisance dans le combat grâce à de bons déplacements qui pourront frustrer son ennemi du soir.

Ce qu’on a pu remarquer lors des 2 dernières apparitions de Brown, c’est qu’il a un menton qui sort du lot, à l’opposé de son foie. 2 middle-kicks ont suffit à Erick Silva pour mettre Matt Brown en grande difficulté. Un simple crochet au corps a même suffit au Brésilien pour à nouveau faire mal à l’Américain qu’on a également vu souffrir lors d’attaques au corps face à Robbie Lawler, ou même Jordan Mein. Les coachs de Tarec devront probablement se pencher sur cette optique; les contres au corps pourraient lui offrir une victoire par finish. Finir Matt serait une magnifique performance; il n’a plus été finalisé depuis 2011, et nous avons maintenant affaire à un tout autre combattant que sa version 2011 ! Il n’a jamais pris de KO, il sera donc presqu’impossible pour Sponge de le mettre au tapis en attaquant le visage, contrairement à un genou aux côtes en contre, par exemple. Ce genre de combattant agressif veut tourner un combat MMA en bagarre et la plus belle erreur à faire, c’est rentrer dans leur jeu. Robbie Lawler a été très patient, il a laissé Brown être l’agresseur, mais il contrait proprement, et n’allait pas plus loin dans ses contres que des combinaisons de 1 à 4 coups. Très rapidement, Matt n’était plus très à l’aise à l’idée d’être l’agresseur, mais il n’avait pas le choix que de continuer.

Entre les 8 dernières apparitions du futur adversaire de Tarec, il y a eu une différence notable: Matt Brown était moins agressif au début face à Robbie Lawler que face au reste; il savait que ce dernier était plus dangereux que ses précédents opposants. Tarec Saffiedine n’a pas l’avantage d’avoir la réputation du KO power de Lawler, il devra donc le prouver dès le premier coup pour intriguer Brown et le mettre plus sur la défensive quant à d’éventuelles offensives sans fin.

UFC Fight Night: Saffiedine v Lim

Saffiedine kick Lim aux côtes

Finalement, il reste une chose à ne pas négliger; un combattant agressif va chercher sa zone de confort dès le début. Les combattants sortant d’une défaite par (T)KO ont la réputation de remonter dans la cage avec un peu de crainte. Le Belge devra faire preuve d’une grande force mentale et de monter dans la cage sans la moindre peur et engager le combat dès la première seconde. Saffiedine a aussi l’habitude d’augmenter son rythme au fil des rounds. N’ayant droit qu’à 3 rounds face à quelqu’un qui commence hard au début du premier round, il devra changer cette habitude et être au taquet au premier échange. C’est le genre de combat dans lequel tout peut s’arrêter en un clignement d’oeil, un risque pris est d’autant plus risqué que contre n’importe qui d’autre, mais aucun risque de pris mènera à une défaite. Reculer n’est pas une option, avancer est un trop gros risque, il faudra circuler et contrer, et surtout, ne pas combattre à proximité de la cage. Au cas où Tarec se retrouve à initier une combinaison, il devra viser à placer ses redoutables kicks, mais davantage viser le corps que la jambe, comme il a l’habitude. Au clinch, Tarec est aussi très fort grâce à son background en kickboxing, et pourra éventuellement placer des genoux dans la midsection, si Brown cherche à casser la distance.

Avantages Brown: Confiance, agressivité, KO power, contrôle de la cage, menton.

Clés du combat pour Brown: Fera-t-il peur à son adversaire ? Arrivera-t-il à faire de ce combat une bagarre ? Arrivera-t-il à s’imposer dans sa zone de confort ?

Avantages Saffiedine: Technique, kicks, jeu de jambes.

Clés du combat pour Saffiedine: Arrivera-t-il à inquiéter Brown dès le premier contre ? Arrivera-t-il à attaquer le corps de son adversaire ? Trouvera-t-il le bon ratio patience/risques ?

La question bonus: Est-ce que l’un de ces strikers de haut calibre viendra avec un arsenal de lutte lors du combat ? Dans les combats majoritairement debout, on a vu que ce petit détail changeait tout ! Exemples récents: Lawler vs Hendricks 1, Weidmann vs Machida, Velasquez vs JDS III.

 



Catégories :Couverture

Tags:, , ,

1 réponse

  1. Sache que PERSONNE n’est immortel … 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :