Dossier choc sur les chokes

Les chokes. Après les KnockOuts viennent souvent les chokes, ou étranglements, où l’adversaire oublie d’abandonner (de tap out) dans les moments les plus impressionnants des Arts Martiaux Mixtes. Surtout pour les fans casuels. Davantage pour les « Anti-MMA » qui utilisent cela comme source d’arguments pour descendre cette discipline. Le font-ils, cependant, à tort, ou à raison ? C’est évidemment une question à laquelle il faut répondre d’un point de vue médical !

Plusieurs médecins se sont forcément penchés sur la question, particulièrement Dr. Johnny Benjamin, médecin sportif, et Dr Charlie, un médecin et pratiquant de BJJ. Last, but not least, une équipe médicale de l’Université de Calgary a également mené une étude avec, notamment, 24 volontaires pour analyser ce qu’il se passait lors d’un étranglement arrière, techniquement appelé rear naked choke; l’un des plus fréquents, si pas le plus fréquent en MMA.

Vu le nombre de combats qui se terminent par étranglement, on se dit facilement que cela est bénin; on imagine qu’en plus de perdre par étranglement lors d’un combat officiel, les athlètes subissent aussi des étranglements lors des entraînements. Mais, qu’en est-il lorsque le sportif oublie, ou plutôt, refuse de tapout et qu’il s’endort (perd conscience) ? Pire, est-ce dangereux lorsque l’arbitre est lent à la détente et que le vainqueur relâche la prise 10 secondes après que son adversaire soit tombé inconscient ? On pense à Lyoto Machida face à Jon Jones, dans les connus, mais surtout à Nik Fekete suite à sa défaite contre Richard Hales. Il y a-t-il des damages permanents ?

chokeLa prise est serrée, je sens une pression autour de mon cou, je commence à grimacer, à avoir du mal à respirer. Je sens que ma tête devient rouge, je sers les dents, essaie de garder les yeux ouverts. J’ai chaud. Je fatigue. Je ne vois plus clair, mes yeux regardent vers le haut, ou mes paupières tombent. Je n’en peux plus, je veux tap… J’ouvre les yeux, j’ai l’impression d’avoir dormi, mais je me réveille au milieu de mon Dojo. Mes partenaires d’entraînement me regardent avec un sourire aux lèvres. »

Non. Ce n’est pas dangereux, et il est extrêmement peu probable que ce genre d’étranglement ait des séquelles sur le long terme. Evidemment, ce n’est pas pour autant qu’il est conseillé de ne pas abandonné lorsque la pression d’une prise est grande ! Tout d’abord, que se passe-t-il lors de ces chokes ?

L’anatomie d’un étranglement est simple, mais souvent mal comprise. Beaucoup de fans, pratiquants ou non, pensent qu’il s’agit de la compression de la trachée rendant la respiration impossible. Il s’agit bel et bien d’une compression, mais de celle des artères carotides internes qui se situent entre l’arrière de la mâchoire et la nuque (une de chaque côté). Elles sont donc « faciles » d’accès et « faciles » donc à comprimer, ce qui réduit le flux sanguin au cerveau. La trachée étant semi-rigide et protégée par des anneaux cartilagineux, il sera plus difficile de respirer lors d’un étranglement, mais c’est souvent parce que l’athlète retiendra lui-même sa respiration. Réflexe.

La compression des deux artères carotides internes provoquent en général la perte de conscience en 8 à 10 secondes. Il faut compter 4 à 6 minutes de manque de flux sanguin avant qu’un damage permanent ne soit susceptible d’arriver ! De quoi rassurer ceux qui voient un arrêt tardif d’un arbitre lors d’un étranglement !

Cependant, dans ces artères, il y a le sinus carotidien, une structure très importante. A côté de ces artères se trouvent le nerf pneumogastrique. Appliquer une pression sur ces zones ou structures peut avoir des effets plus significatifs; principalement, la baisse de la pression sanguine et du rythme cardiaque. Certaines personnes ont un sinus carotidien hypersensible qui, une fois compressé, peut causer une énorme baisse de pression sanguine pouvant alors provoquer des battements de coeur irréguliers. Une arythmie cardiaque peut alors s’en suivre, ce qui est loin d’être bénin, bien que facilement soignable ! Heureusement, cela sera découvert lors de l’examen médical qui suit le combat, et sera dès lors pris en charge rapidement !

APTOPIX Brazil UFCIl existe deux autres cas dans lesquels une telle technique peut s’avérer dangereuse sur le long terme; lorsque la technique est mal effectuée (ou excellemment bien, confer Demian Maia contre Rick Story) et que celle-ci se transforme en « neck crank ». Si l’adversaire n’abandonne pas, il peut y avoir des séquelles sur les cervicales. Cependant, la douleur est tellement grande lors de ce type de soumission que l’athlète abandonnera avant qu’un problème médical ne puisse arriver. Finalement, cela peut être dangereux pour les personnes avec une faible forme vasculaire. Heureusement, les athlètes sont testés avant un événement, et ce risque n’existe pas lors des compétitions qui se veulent un minimum professionnelles ! Cependant, dans les salles d’entraînement et dans certaines compétitions amatrices, ce n’est pas toujours le cas. Avant de s’inscrire, il est toujours mieux de passer plusieurs tests !

Cette théorie s’est avérée juste en pratique. 24 policiers, dont 3 femmes, en bonne santé se sont portés volontaires pour l’étude médicale de l’Université de Calgary. En réduisant seulement 84% du flux sanguin vers le cerveau, deux tiers des étranglés sont tombés inconscients endéans 10 secondes, 4 ont abandonné l’expérience avant et 3 sont restés conscients. La statistique importante; ils ont tous directement repris leurs esprits et aucun n’ont eu de grosse gêne ou séquelle après le test à but médical.

D’autres statistiques de cette expérience sont également bonnes à soulever; bien qu’en moyenne, les cobayes tombaient inconscients après 7 et avant 10 secondes, une personne l’était après 1.6 secondes ! Certains sont restés conscients au bout de 20 secondes. Mais l’étude n’explique pas pourquoi certaines personnes sont plus résistantes. Une théorie dit que, paradoxalement, ceux ayant une nuque plus développée sont moins résistants. En effet, il y aurait plus de tissus qui aideraient à simplifier la compression artérielle.

Par Christopher Genachte



Catégories :Dossier

Tags:, , , , , ,

2 réponses

Rétroliens

  1. Tout sur le KO: Les dangers & la sécurité (2/5) | 360-MMA
  2. Lettre ouverte à Jean-Luc Rougé: « Autoriser le MMA pour le bien de la société  | «360-MMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :