Tout sur les bains de glace

En MMA, il y a les fans casuels, qui regardent les combats principaux des UFC et connaissent le top5 de chaque division. Ensuite, il y a les fans plus hardcores, qui vont jusqu’à regarder les vidéos promotionnelles des événements; les trailers, les countdown, les primetimes, etc.

Ces derniers ont donc déjà vu des combattants rentrer dans des bains de glace, des bains d’eau froide avec des glaçons dedans. Les questions se lâchent évidemment; à quoi cela sert ? Est-ce efficace ? Est-ce bon ou mauvais pour la santé ?

Petite note évidente; il n’y a évidemment pas que des athlètes MMA qui ont recours à cette technique; beaucoup d’athlètes de rugby en font usage pendant la CDM, les coureurs et d’autres sportifs en tout genre. Les questions restent les mêmes.

BigFoot Silva dans un bain de glaceL’idée de cette méthode vient d’un traitement médical appelé à cryothérapie qui, brièvement, consiste à appliquer du froid sur une zone pathologique du corps humain.  Son but est de réduire temporairement la croissance et la reproduction des cellules, ainsi que d’augmenter la durée de vie de celles-ci, afin de calmer les inflammations, les douleurs, les spasmes. Par extension, cela permet au(x) muscle(s) concerné(s) de se relaxer. D’ailleurs, dans n’importe quel sport, du foot au basket, lorsqu’un athlète se blesse musculairement, il placera en général un sac de glaçons sur sa blessure.

Des théories existent aussi selon laquelle l’idée est venue plus naturellement à partir des nages d’hiver via le Coney Island Polar Bear Club. Peu importe…

Forcément, dans la perpétuelle recherche des améliorations extérieures pour optimiser le niveau des sportifs, cette idée a été étendue pour l’appliquer sur l’entièreté du corps. Depuis mai 2000, en Pologne, il existe une chambre cryogénique. A but plus médical d’abord, l’opposé du sauna soignait des patients souffrant d’insomnie, de stress, de différents rhumatismes. Il est évident que certains sportifs ont profité de cette chambre, notamment l’équipe de Rugby du Pays de Galles pour la coupe du monde 2011. Une sensation paradoxalement comparable à un sauna à 110°C, les joueurs ont vanté l’effet immédiat et très efficace de l’expérience !

Chambre cryogéniqueLe fonctionnement de cette chambre est assez technique; en gros, elle est refroidie à -120C° grâce à de l’azote liquide. Le patient rentre dans la petite pièce en maillot de bain, avec des gants, chaussettes, protections à la bouche et aux oreilles pendant quelques minutes; le temps que la température de la peau tombe aux alentours des 12°C (alors que la température du corps reste inchangée ou presque).

Tout le monde ne peut pas se permettre d’aller jusqu’en Pologne pour utiliser cette chambre. D’autres sont déjà ouvertes dans d’autres pays, mais cela n’empêche que tout le monde n’y a pas accès. Du coup, l’alternative facile est un bain de glace. Mais est-ce la même chose ?

Comme pour la théorie des morphotypes, il n’y a pas de fondement médical ni scientifique à ce sujet. Cependant, il est prouvé que les exercices intenses provoquent des microtraumatismes musculaires, voire des minuscules déchirures dans la fibre musculaire. Ces conséquences aident cependant à la reconstruction des damages et renforcent les muscles puisque cela stimule l’activité cellulaire de ceux-ci. Bien que ceci soit positif, c’est directement lié à la réaction appelée DOMS; Delayed Onset Muscle pain and Soreness. En d’autres termes, le fait de ressentir des douleurs, de la fatigue, voire même des courbatures musculaires 24h, jusqu’à 72h après l’effort. Tous les sportifs en ont déjà fait les frais et il est d’ailleurs souvent recommandé de laisser reposer un muscle fatigué au moins 36h avant de le réexploiter à des fins intenses.

Il est évident que dans la vie d’un athlète professionnel, il est impensable de se reposer 2 à 3 jours entre chaque session. Ces bains devraient donc avoir pour but de simuler la cryothérapie sur l’entièreté du corps afin d’améliorer le processus de récupération. Cependant, un bain, c’est de l’eau, et y entrer refroidira la peau, mais aussi la température du corps. Donc… Combien de temps y rester ? A quelle température y entrer ? Dans tous les sujets sans base médicale ou scientifique, plusieurs hypothèses sont toujours émises. Ici, en général, il sera conseillé de se plonger dans un bain entre 12 et 15°C pendant 5 à 10 minutes (certains proposent 20, ce qui parait beaucoup néanmoins !)

Certaines recherches scientifiques ont été lancées et sont… Contradictoires. Alors qu’en juillet 2008, l’International Journal of Sports Medicine effectue des tests sur des cyclistes avec des résultants qui montrent que les bains froids (pas bains de glace !) sont meilleurs pour la récupération que les bains chauds ou que le repos pur, l’année d’avant le British Journal of Sports Medicine indiquait que cette méthode n’avait aucun bénéfice et que dans certains cas, cela amplifiait la fatigue musculaire.

Fedor nage dans la glaceConclusion ? Tant qu’il n’y aura pas d’études plus poussées, on ne pourra rien conclure avec certitude. Cependant, il semblerait qu’il n’y ait pas de grande différence entre un bain froid (~15°C) et un bain de glace (qui peut aller jusqu’à 12, voire 10°C) et ceux-ci pourraient bien aider au processus de récupération, en tout cas, selon les sources citées au dessus, ainsi que l’Université de Southampton appuyant cette avance. Pour ceux contre ce principe, d’autres études semblent aussi indiquer que la récupération active (décrassage) est plus efficace que la récupération passive (repos total) et que les bains chauds n’auraient pas d’effet négatif et pourrait réduire le temps de guérison. Ceci étant dit, les athlètes pratiquants insistent sur les bienfaits des bains de glace et disent que cela aide vraiment à éviter les blessures, à récupérer rapidement et à se sentir simplement bien. Au final, chacun est maître de son corps et ce ne serait pas la première fois que la théorie et la pratique divergent !

A ce jour, le but est de tirer les avantages des théories sans prendre les risques liés à celles-ci. Tout le monde peut essayer, mais il ne faut pas exagérer l’expérience; un bain froid à 15°C pendant dix minutes suffit amplement. Il est néanmoins bon à savoir que cette activité peut causer une rigidité musculaire. Dès lors, il faut prendre une douche légèrement chaude 30 à 60 minutes plus tard pour rééquilibrer la température de la peau et du corps (pour les plus paresseux, une boisson chaude est le minimum).

Pour finir, maintenant que les bienfaits recherchés ont été développés, il est toujours bon de connaître les risques probables liés à cette activité; il se peut que le pratiquant ait des problèmes respiratoires durant l’expérience, et il n’est pas à exclure de subir une hypertrophie ou une gelure. Et évidemment, un choc thermique est possible; il est dès lors recommandé de ne pas essayer si la personne est cardiaque ou asthmatique. Heureusement, les athlètes ne sont pas supposés l’être.

Par Christopher Genachte



Catégories :Dossier

Tags:, , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :