Tout sur le KO: Comment l’infliger ? (5/5)

L’article suit cette petite note:

!! ATTENTION !! EN 2018, LE SITE SERA DECOMMISSIONNE !! ATTENTION !!

Je n’ai plus écrit d’article ici depuis un petit temps, car je me concentrais sur mon livre, qui est maintenant disponible. Si vous avez suivi ce blog et que vous l’avez apprécié, vous allez adorer le livre. Il est facilement disponible sur Amazon:

Cet article est la partie 5 sur 5 concernant le KO (1234)

Du bon sens. En comprenant ce qu’est un Knock out, il est assez simple de savoir comment infliger un KO, avec un minimum de bon sens. Le but, forcément, est de frapper à la tête de son adversaire avec une puissance suffisante pour que celle-ci bouge brusquement dans un sens. Il faut donc, en quelque sorte, calculer la trajectoire du coup d’impact ainsi que la zone d’impact.

Weidman crochet sur SilvaLa tête est reliée au corps par le cou et la nuque. Comme expliqué dans la partie 4, la résistance de ces muscles peuvent permettre à un athlète de minimiser les mouvements de sa tête lors d’un impact. Dès lors, il faudra tenter de frapper un adversaire de sorte que ces muscles soient un minimum impliqués dans le processus. Lorsqu’un combattant attaque une clé de bras, il agripe les poignets. Pourquoi ? Parce que, en dehors d’une technique d’évasion, le seul muscle qui peut résister à une clé de bras sera le biceps. En agripant le début de l’avant-bras, la résistance du biceps sera plus grande qu’en agripant le poignet, situé plus loin du biceps. Pour le clinch, c’est pareil; alors que tenir la nuque offre un grip plus solide, tenir l’arrière de la tête permet un meilleur contrôle car l’adversaire résistera moins et aura plus de difficulté à garder la tête relevée. En effet, la pression sera mise plus loin du groupe musculaire qui permet de bouger la tête, à savoir la nuque.

Pour infliger un KO, où faut-il frapper et pourquoi ? Il y a 3 sur le visage qui provoquent plus facilement un knockout;

  • Le menton ou la mâchoire. Cette zone n’est pas située dans l’axe de la nuque. Le groupe musculaire de celle-ci offre très peu de résistance à un mouvement provoqué par un choc au niveau du menton, particulièrement si ce dernier est circulaire (crochet) ou vertical (uppercut). Un de ces coups porté à cette zone provoquera un mouvement ultra brusque de la tête, ainsi qu’un arrêt soudain de celui-ci assez rapidement (les tendons, os et muscles empêchent la tête de faire un 360). Le choc du cerveau dans la boîte crânienne est donc optimal pour en provoquer un KO. A noter, un direct avec une trajectoire vers le bas peu également provoquer un knockout; Rich Franklin sur Nate Quarry en est le meilleur exemple.
  • La tempe. Deux raisons peuvent expliquer un KO suite à un crochet, un overhand, un coude ou un kick qui touche la tempe. La première est que souvent, en touchant la tempe, le coup touchera également la base de l’oreille, derrière laquelle se situe le système vestibulaire, ou centre de l’équilibre. Un choc qui touche ce centre de l’équilibre provoque automatiquement une chute, ou un trébuchement, mais pas nécessairement un KO propre. Cependant, avec assez de force, la tempe se situant assez loin de la nuque dont les muscles n’auront alors qu’un petit rôle, la tête effectura aussi un mouvement brusque et non naturel dans une direction avant de se stopper net, provoquant alors un Knockout.
  • L’arrière de la tête/le haut de la tête. Interdit en MMA, cependant, un crochet venant toucher l’arrière de l’oreille ne sera jamais considéré comme un coup disqualificatoire (exemple le plus récent; Conor McGregor sur Dustin Poirier). Il s’agit du point le plus lointain des muscles qui permettent de limiter le mouvement de la tête.

Anthony Pettis met Joe Lauzon KOFinalement, en plus donc de la trajectoire et de la zone d’impact, il faudra évidemment suffisamment de force pour envoyer un athlète au tapis. L’effet de surprise joue un rôle aussi; lorsqu’un adversaire ne voit pas le coup venir, ses muscles sont plus relachés.

Les kicks qui touchent la nuque directement (Anthony Pettis sur Joe Lauzon, par exemple) mettent également KO, puisqu’ils cognent directement le tronc cérébral (le système nerveu central), et/ou le cervelet (le contrôle moteur).

Partie I: L’explication du KO
Partie II: Les dangers et les mesures de sécurité
Partie III: Les KO Techniques
Partie IV: Comment résister ?

Par Christopher Genachte



Catégories :Dossier

Tags:, , , , , , , , , , , ,

4 réponses

Rétroliens

  1. Tout sur le KO: Mieux résister (4/5) | 360-MMA
  2. Tout sur le KO: Les TKO (3/5) | 360-MMA
  3. Tout sur le KO: Les dangers & la sécurité (2/5) | 360-MMA
  4. Tout sur le KO: L’explication du KO (1/5) | 360-MMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :