Les backhands d’Andrei Arlovski contre Travis Browne

Ce week-end a eu lieu l’un des plus gros UFC sur papier de l’année; en effet, l’UFC 187 proposait 2 combats pour le titre, un combat pouvant assurer un title shot à Donald Cerrone, 2 combats importants dans la catégorie des flyweights, etc.

En plus d’être un bel événement sur papier, ce dernier a réellement délivré en termes de qualité et de spectacle. Particulièrement le combat chez les poids lourd qui a proposé le plus beau round depuis Nick Diaz contre Paul Daley. 4 minutes 41 intenses pour les fans de MMA, et 4 minutes 41 très intéressantes pour les analystes et assidus de striking. En effet, Andrei Arlovski nous a proposé une technique rarement vue dans l’Octagone, qui pourtant est très efficace, possède plusieurs finalités et qui, possiblement, a joué un rôle essentiel dans sa surprise de ce week-end !

Le combat sorti des films Américains. Le Biélorusse sonne Hapa une fois, deux fois, trois fois, s’emballe pour le finaliser lorsque le géant Américain contre et envoie « Pitbull » au tapis. Tout le monde croit alors revivre Cheik Kongo vs Pat Barry ou Ryan Bader vs Glover Texeira en plus beau; mais le poulain de Greg Jackson reprend ses esprits et termine son ami via son classique « Upercut-direct » qui lui a fait gagner face à Ben Rothwell et Roy Nelson auparavant.

Lors de ces 280 secondes, beaucoup de moments ont été marquants. Cependant, deux ont été très intéressants; ceux où Andrei rate une tentative et envoie alors un backhand. Interdit en boxe, ce mouvement était – avant d’être interdit – principalement utilisé à la suite d’un crochet manqué. Souvent ce coup ouvrait l’arcade de l’adversaire, d’où son interdiction. En MMA, ce coup est permis, et pourtant, peu l’utilise. On voit souvent des « spinning backfists » qui ne sont pas du tout comparables. Le backhand servira à se protéger lors d’un coup manqué. Lors de ce week-end, Andrei l’a utilisé à deux reprises et cela a sonné Travis les deux fois ! Peut-être que cette technique est peu utilisée parce que l’athlète a alors l’air d’un débutant. Pourtant, elle fonctionne à merveille contre les meilleurs strikers de la planète; en effet, le meilleur exemple à citer est Chris Weidman. Quel coup précède le crochet qui envoie Anderson Silva inconscient au tapis ? Oui, le back hand:

Chris envoie un jab, Anderson feinte d’être sonné. Le nouveau champion envoie alors un crochet-direct; le direct est manqué mais il revient avec un backhand qui force Anderson à reculer à nouveau. Il ne peut donc pas contrer, et ce coup l’a obligé à aligner ses jambes. Il ne pouvait alors plus reculer afin d’esquiver le crochet qui suivait et qui lui a fait perdre sa ceinture. Sans ce backhand, il aurait su esquiver le crochet.

Arlovski l’a utilisé plusieurs fois ce week-end. Souvent pour simplement se protéger ou anticiper un contre. Mais deux fois pour se protéger et en profiter pour contre-attaquer puisque Travis était à bonne distance:
Travis feinte le jab, envoie un direct et fait l’erreur d’y mettre trop d’impulsion; sa tête se retrouve alors alignée avec son pied avant; trop de poids sur sa jambe lui empêchant alors de reculer en voyant que son coup est manqué. Heureusement pour lui, bien que son adversaire ait bloqué son direct, il rate lui-même son contre avec un crochet. Mais, lui, retourne un backhand qui sonne Travis. Notons que Travis voulait revenir avec un crochet gauche alors que l’angle n’était pas du tout opitmal. Il aurait également pu opter pour un backhand qui aurait probablement été plus efficace.

Plus tard dans le combat, le scénario est presqu’identique, et le résultat est le même; Travis est à nouveau sonné par un backhand:

Ici, Arlovski s’engage complètement dans son overhand, sa tête est devant son pied d’appui ce qui est très risqué; pour peu que l’adversaire esquive en restant sur ses appuis, le contre est alors facile. Heureusement pour lui, Travis a tenté d’anticiper avec un direct; également en y mettant trop d’impulsion, perdant alors ses appuis. Ici, les deux sont dans une position similaire; tête en avant, adversaire à 45° dans le dos, suite à un direct/overhand manqué. Les deux peuvent utiliser ce backhand maintenant, seul Arlovski y pense. Travis est sonné, à nouveau au sol.

Ce backhand, cette technique à ne pas négliger ! Verrons-nous davantage d’athlètes l’utiliser suite à ce combat ?

Par Christopher Genachte



Catégories :Post-Analyse

Tags:, , , , , , , ,

2 réponses

Rétroliens

  1. Tout sur la posture en MMA #1: Le transfert de masse | 360-MMA
  2. Tout sur la posture en MMA #2: Le transfert de masse | 360-MMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :