Baddest Man On The Planet: Cain Velasquez ou Fabricio Werdum ?

Ca approche. L’UFC 188 au Mexique, c’est dans 11 jours ! Bien que la MMAsphère anticipe davantage le co-main event entre Eddie Alvarez et Gilbert Melendez, montrant leur déception que cette affiche ne soit pas programmée pour 5 rounds, l’affrontement qui suivra ce combat montre également beaucoup d’engouement; le champion intérim, Fabricio Werdum rencontre enfin le champion en titre; Cain Velasquez, qui n’est plus monté dans l’Octagone depuis octobre 2013 !

« Styles make fights ». Cette phrase classique, et tellement vraie. L’unification de la ceinture des poids lourds promet d’être intéressante; un grappler contre un lutteur qui possèdent tous les deux un style aggressif lorsque le combat prend place debout.

Fabricio Werdum a une histoire intéressante derrière lui. Il commence le Jiujitsu après avoir été humilié par l’ex-copain de sa copine; ce dernier l’a choked out. Quelques années plus tard, il remporte déjà des grands tournois, jusqu’à obtenir des médailles lors de chaque ADCC de 2003 à 2011 ! Aujourd’hui considéré comme l’un des (voire le) athlètes les plus dangereux au sol; ayant entre autre soumis Fedor Emilianenko, Big Nog, il s’est aussi installé comme un redoutable adversaire à affronter debout, envoyant Mark Hunt au tapis avec un genou sauté et dominant Travis Browne et Roy Nelson en pieds-poings. Récemment, il s’entraîne intensivement à la Chute Boxe Academy et est majoritairement pris en charge par Rafael Cordeiro.

Cet entraîneur de Chute Boxe Muay Thai n’approche pas le sport comme chez Greg Jackson, il ne base pas le sport sur la science qui se cache derrière, il construit des guerriers remplis de confiance. Les Rua, Wanderlei Silva et récemment le nouveau champion Lightweight Rafael Dos Anjos sont passés sous son aile. Un passage marquant qui montre un changement chez chacun d’eux; foncer avec une offensive en toute confiance, en encaissant quelques coups au passage, plutôt que de préparer une combinaison et essayer d’éviter les éventuels contres. Un style risqué, mais un style difficile à gérer. Cette académie ne construit pas des boxeurs techniques, elle construit des combattants.

Fabricio ne montre pas une excellente technique en striking comme peut le montrer Rafael Dos Anjos, bien qu’on y voit une nette amélioration, il commet quelques erreurs, ou reste relativement brouillon, même dans la simplicité:

Un peu comme Wanderlei Silva, Fabricio attaquait très ouvert. Maintenant, son classique jab-direct s’est simplifié, mais amélioré. Il l’envoie de manière plus compact et suit une règle simple:

  • L’adversaire se protège la tête, j’attaque le corps avec un kick.
  • L’adversaire tient une garde assez basse, je cherche le thai clinch et envoie un genou. Un classique des élèves de Cordeiro, principalement « The Axe Murderer », connu pour cet enchaînement.







Cette première alternative a été cruciale dans son combat face à Travis. Son grand avantage en montant dans le ring sécurisé, c’est de ne pas avoir peur d’être mis sur son dos. Il y excelle. Peu d’athlètes sont capables de survivre dans sa garde. Cela lui permet d’envoyer des middle kicks sans avoir peur d’être amené au sol. Cela joue pour et contre lui:

Encore brouillon dans son striking, mais confiant dans ses attaques, cela le rend dangereux. Sans crainte de voir son middle kick attrapé pour être amené au sol, il le lance dans sa combinaison classique incluant jabs et directs. Travis Browne monte sa garde pour protéger sa tête, il attaque avec un kick. Et réitère l’opération sans faire trop attention à l’angle; jusqu’à ce qu’il lui soit impossible de continuer « efficacement ».

 


Cet excès de confiance a souvent joué contre les poulains de la Chute Boxe Academy, et Werdum n’en est pas une exception: Lancer un kick sans avoir peur d’être amené au sol est un avantage offensif, mais il n’y a pas qu’une seule manière de contrer un kick, et voici ce qui arrive de temps en temps (Lien).





Ce contre qu’utilise Roy Nelson pour envoyer un direct et envoyer Werdum sur son dos, cela ne fait-il pas penser à la même technique que Cain a utilisé pour commencer la destruction d’Antonio ‘BigFoot’ Silva ?

Cain Velasquez, un tout autre combattant. L’un de ces lutteurs qui a su complètement s’adapter au MMA de par sa façon de combattre. Dès le début de sa carrière dans cette discipline carrière, Cain s’est imposé comme un redoutable lutteur capable d’amener qui il voulait au sol et d’y être actif avec un ground and pound constant. Mixant les percussions et les tentatives d’amélioration de position, il avait déjà compris le jeu mental du sport; rendre l’adversaire conscient d’une de ces armes pour le surprendre avec une autre. Au fil du temps, il développe sa boxe et son kickboxing, jusqu’à assomer Antonio Rodrigo Nogueira. A l’image de nombreux autres grands combattants, il lui a fallu une défaite pour revenir beaucoup plus fort. Face à Junior Dos Santos la première fois, il a commencé par boxer avec lui et il s’est rapidement rendu compte qu’il n’avait pas le niveau d’un boxeur de ce calibre. Cela lui a valu une lourde défaite.

Depuis, c’est un combattant nouveau qui monte dans la cage; un combattant à pression, qui sait alterner pression, lutte et boxe finement, intelligemment et efficacement ! Trois athlètes sortent du lot avec ce style; Stipe Miocic, Chris Weidman et Cain Velasquez.

Récemment, on a vu Stipe Miocic contre Mark Hunt. Dans le premier round, quelque chose d’assez choquant s’est produit; Stipe a manqué 2 tentatives de single leg. Pourquoi ? Il ne s’est simplement pas donné à fond. Son but n’était pas d’amener le combat au sol, il voulait simplement rappeler à Mark qu’il savait lutter et qu’il devait faire attention à cela (c’est d’ailleurs de cette sorte que, tiens tiens, Fabricio Werdum l’a mis KO; takedown, Hunt sprawl, feinte de takedown, Hunt baisse sa garde, se penche vers l’avant, Werdum envoie le genou sauté. Frontal, KO). Cela lui a permis d’imposer sa boxe. Cain Velasquez a complètement instauré cette stratégie lors de la revanche et de la belle face à Cigano. Manquant des takedowns dans la première reprise, il a boxé car le Brésilien était plus focalisé sur la lutte défensive que sur la boxe, que ce soit éviter les coups, ou envoyer des contres. Une fois qu’il a commencé à défendre et contrer, Brown Pride repartait sur des tentatives d’amenées au sol, certaines passaient alors.

Lorsque Junior Dos Santos a la garde basse afin d’anticiper les attaques constantes en lutte de Cain, ce dernier boxe, montrant d’excellents mouvements de tête au cas où JDS contre, ce sur quoi il n’est pas spécialement concentré. Une fois attentif à la boxe de son adversaire, Junior ne pense plus à sa lutte, l’occasion pour le champion actuel d’amener son rival hors de sa zone de confort.

 

Finalement, non seulement le champion a fort travaillé sa stratégie et la complétitude de ses capacités en MMA en alternant constamment ses offensives, il a énormément travaillé son pieds-poigs. Principalement ses mouvements de tête. En tant que combattant à pression, il sait que son adversaire ne pourra jouer que sur les contres. Un bon mouvement de tête permet de faire hésiter l’adversaire à envoyer un contre, réduisant alors ce risque, il peut complètement imposer son jeu et anéantir quiconque se trouvant face à lui. Le dernier ajustement visible ? Les overhands. L’attaque efficace des petits artistes des arts martiaux. Cain est souvent en désavantage de taille et il a beaucoup travaillé ce coup qui permet d’un côté de casser la distance; excellent pour un lutteur, mais aussi d’envoyer un coup puissant & dangereux que les grands ne voient pas souvent venir. Preuves ? Roy Nelson sur Kongo, Big Nog, Dave Herman, Stefan Struve. Hendricks sur Jon Fitch. Fedor sur Arlovski. Dan Henderson sur Michael Bisping. La liste est longue. Cain Velasquez commence à adopter ce coup qui fait la paire parfaite avec la feinte de takedown. De quoi réellement tenir ses adversaires sur la réflexion en permanence.











Un coup qui fait partie de l’arsenal très diversifié du champion en titre ! Les questions se posent maintenant.

  • Cain osera-t-il amener Werdum au sol et voir ce qui primera; son actif ground and pound et sa pression au sol, ou le jiujitsu élite de son adversaire ?
  • Werdum, à l’opposé, sera-t-il toujours aussi à l’aise d’envoyer ses kicks, sachant qu’il se fait contrer et que Cain a déjà montré ses prouesses face à ce genre de kicks. Voudra-t-il, lui, avoir Cain dans sa garde ?
  • Et surtout, Werdum saura-t-il gérer la pression de Velasquez ?

En effet, la troisième question se pose. Werdum est devenu monstrueux, avec Cordeiro, il a appris à encaisser et contrer. Cependant, sous pression, il n’est pas totalement à l’aise; Mark Hunt a annhilié le jeu de Werdum avant son KO. Rien ne montre qu’en 4 années (depuis la vidéo qui suit), Werdum gère mieux la pression; si son adversaire est sur la défensive, tout va bien. Si son adversaire attaque, il contre en espérant gagner l’échange. C’est presqu’un pile ou face. Face à quelqu’un du profil de son prochain challenge, qu’est ce que cela donnera ? Réponse dans 10 jours.

Par Christopher Genachte



Catégories :Post-Analyse

Tags:, , , , , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. L’altitude entre Fabricio Werdum et Cain Velasquez | 360-MMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :