Jeunes talents #1: Mirsad Bektic

Mirsad Bektic, un Bosniaque qui s’entraîne à l’American Top Team fait des vagues depuis 2013 alors qu’il se rapprochait d’un contrat avec l’UFC. En effet, en 2013, à l’âge de 22 ans, le jeune featherweight montait dans la cage du VFC pour remporter son 7e combat MMA professionnel, sans connaître de défaite. Face au très expérimenté Joe Pearson, 43-18 à l’époque, Mirsad n’a eu aucune difficulté à finaliser l’expert des soumissions (41 sur 43 victoires) dans la garde de « The Triangular Strangler », et ce, en moins de 2 minutes.

Un style de pression assez actif, avec une bonne gestion de la distance, une compréhension de l’utilité des changements de niveau, et un ground and pound agressif. Un talent que l’UFC ne loupe évidemment pas !

Misrad feinte le jab, obtenant une réaction clair de son adversaire; celui-ci recule juste sa tête, il ne recule pas à l’aide d’un jeu de jambes. Il sait dès lors qu’avec un jab au corps, ce coup passera, le changement de niveau provoquera une garde baissée, parfait pour suivre avec un overhand. Chouette style, et une analyse en temps réelle évidente.





Simple mais efficace. Ce jab, suivi d’un changement de niveau pour envoyer un direct ou un overhand marche à la perfection lorsque la combinaison est bien réalisée. Une fois qu’il obtient l’attention de son adversaire sur son striking, il passe intelligemment à sa lutte impeccable. Cela fait vaguement penser aux stratégies de Miocic, Velasquez, GSP, ou Weidman; rendre l’autre attentif à un aspect du jeu pour mieux exploiter un autre.

En 2014, le poulain de l’ATT fait ses débuts dans la plus grande organisation de MMA; il fait alors face à un autre nouveau dans l’organisation; Chas Skelly. Il lui inflige sa première défaite par décision majoritaire au terme d’un combat très disputé, malgré un coup de genou illégal qui l’avait sonné. Chas Skelly a gagné ses 3 combats suivants à l’UFC; un autre talent à suivre. En janvier dernier, il s’oppose à Paul Redmond, l’expert des Toe Hold. Par son striking développé, ses switchs striking vers lutte et son style actif et agressif au sol, il a pu jouer l’anti-grappling face à l’Irlandais et l’emporter facilement à la décision. L’un des juges a d’ailleurs noté cet affrontement 30-25. Finalement, il y a peu, le Bosniaque a monté son palmarès à 10 victoire pour 0 défaite en finalisant le jeune Lucas Martins en début de deuxième reprise.

Maintenant connu du grand public, beaucoup de fans le voient comme le GSP light. En effet, son style fait un peu penser au plus grand Welterweight de tous les temps; un striking simple, mais efficace, un style de pression réfléchi, un solide niveau en lutte doublé d’un bon timing et un contrôle parfait au sol avec un ground and pound actif. Il n’est pas le meilleur en pieds-poings de sa génération, il n’est pas le meilleur lutter ou le meilleur grappler, mais il a réussi à mixer toutes ses aptitudes pour faire de lui un excellent et redoutable athlète de MMA.

Arrivé aux USA, il a commencé par le karaté. Cela ne se voit pas énormément dans son style actuel, bien que ses mouvements, la vitesse et la précision de son jeu de jambes et sa faculté à comprendre la distance sont des indicateurs de ce background. Le nouveau Georges St-Pierre, quelqu’un a-t-il dit ? Oui, encore une fois, il s’en rapproche; ces capacités lui permettent de garder son adversaire proche de la cage afin de préparer une combinaison simple et puissante lui permettant ensuite de travailler sa lutte et imposer son jeu là où lui se sent le plus à l’aise, au top control au sol. De plus, si il n’arrive pas lui-même à garder la pression sur son adversaire, il va simplement anticiper l’attaque de ce dernier pour le mettre sur son dos.

Ce style est attractif et fait peur à ses adversaires. Subir une pression mise par un maître de la distance qui a développé un jab efficace et versatil, en plus d’un striking simple mais efficace et puissant qui au final, servira à dévier l’attention de son premier objectif; l’amenée au sol ? Ou avancer, se forcant donc à attaquer au risque d’être prévisible et se retrouver également sur son dos ? C’est là que réside toute la stratégie de ce jeune talent en Mirsad Bektic; mettre une pression constante sans pour autant attaquer en permanence. Une stratégie comparable à celle de Conor McGregor; mettre l’adversaire sur la défensive le pousse à réagir, et c’est face à cette réaction que ces stratèges agissent et profitent des ouvertures. Alors que l’opposant est constamment occupé à réfléchir et réagir, eux, observent et planifient. Une grand avantage dans un sport sans pause. Surtout lorsque l’athlète est un possession d’une belle diversité d’attaques, que ce soit debout ou en amenée au sol.

Pour finir, au dela de ses aptitudes, son intelligence de jeu et sa stratégie difficile à gérer, il est – forcément – extrêmement à l’aise, diversifié et toujours réfléchis. Même avec une bonne garde, il est difficile d’attaquer ou même de se défendre face à un adversaire possédant un tel contrôle, et un ground and pound si dangereux, avec une compréhension parfaite de la gestion des poignets de son adversaire, que certains appellent « l’art de l’anti-jiujitsu » (Lien).

Un jeune talent à suivre de près ! 10-0, 3 victoires à l’UFC. Le top10 est proche.

Par Christopher Genachte



Catégories :Dossier, Portrait

Tags:, , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :