Tout sur la posture en MMA #2: Le transfert de masse

Partie I: le positionnement des pieds

Alors que la première partie portait plutôt sur l’aspect défensif que pouvait apporter un bon positionnement des pieds (stance), la deuxième apportera une vue plus concrète sur le côté offensif du sujet, grâce au transfert de masse. La physique, toujours les règles physiques. L’humain est soumis à ces règles. Le challenge, c’est d’en tirer un maximum d’avantages. La gravité, l’attraction terrestre; l’homme est retenu au sol et cela lui permet de générer de la force. Flottant dans l’air, il serait difficile de produire beaucoup de force; en effet, le tennisman ne saute pas pour frapper la balle, il saute après, ou au moment de la frapper dû à la force qu’il a engendrée pour ce coup. De même, un athlète d’un sport de combat ne va pas sauter et ensuite envoyer son coup, il va frapper à partir d’une bonne base au sol. Cela arrive de voir des coups sautés, tels que des flying knee ou des superman jabs, mais ici aussi, la puissance est venue du sol, et n’est absolument pas créée pendant le saut.

Pour comprendre comment bien frapper, il est toujours préférable de comprendre comment la force se transfère dans le corps. C’est un sujet vaste qui peut demander des heures d’explications. En très bref, un coup sera simplement un flux d’énergie qui traverse plusieurs muscles du corps jusqu’à être délivré.

Sans grande surprise, ce flux est d’abord créé par les jambes, l’appui humain avec le sol. Besoin d’une preuve ? Si une personne se met sur une seule jambe, elle n’aura pas un très bon appui et ne pourra pas générer beaucoup de force dans un coup. Probablement moins que le dixième de la force générée avec un bon positionnement des deux pieds au sol. La force se génère à partir du sol ? Vrai.

Mollets, cuisses, un gros flux d’énergie arrive aux hanches, celles-ci peuvent pivoter, augmentant alors la vitesse du mouvement. Puissance, c’est force cumulée à la vitesse. Ce transfert passe ensuite par l’un des plus gros muscles du corps, les dorsaux qui permettront souvent d’ajouter ce que certains appellent « mettre du poids dans un coup ». L’énergie accumulée se situe donc maintenant à l’épaule, et c’est à ce moment-ci du processus qu’il faudra expirer; l’épaule et les bras ne vont pas ajouter une force considérable, mais expirer à ce moment précis permettra de bien propager l’énergie, ou « lâcher le coup » au travers de l’épaule et du bras.

Ce processus très vulgairement expliqué possède une conclusion très importante; la technique est plus importante que la force pure. En effet, il vaut mieux encaisser un coup de poing d’un bodybuilder de 100 kg, sans notion de sport de combats que par un athlète de Muay Thai de 60kg qui s’entraîne depuis 20 ans !

L’article ne va pas décortiquer tout l’exercice nécessaire pour délivrer un coup puissant; il se concentrera juste sur la stance et le transfert de masse au niveau des jambes. La base. Le plus important.

Aucun athlète n’a assomé un de ses adversaires avec les pieds joints, les jambes tendues et le bassin dans l’alignement du reste du corps. L’avantage d’un bon positionnement des pieds sera d’avoir les aptitudes défensives et offensives, permettant alors d’être versatile dans un combat. Dès lors, reprendre les conseils de la première partie sur la posture; les pieds écartés et pas alignés; on se souvient bien des 2 buts principaux du positionnement des pieds; mouvement multidirectionnel (défensif principalement) et la génération de puissance (offensif généralement).

Un simple coup de poing demande à transférer le poids du corps dans son coup. Pour un jab ou un direct, le poids du corps sera envoyé de la jambe arrière vers la jambe avant.

Explication du coup de Roy Nelson sur Big Nog

Pour un crochet avant, c’est souvent l’inverse; le poids est transféré de l’appui avant vers l’appui arrière. Les hanches jouent un rôle primordial ici, dans leur rotation.

Lorsque Mike Swick avance vers Dan Hardy, ce dernier transfert du poids vers sa jambe avant dans un premier temps; sa jambe arrière se tend. Son poids maintenant sur son pied avant, il le retransfère vers l’arrière en faisant pivoter ses hanches d’environ 70° afin de délivrer un solide crochet. Son poids maintenant sur sa jambe arrière, il peut facilement reculer et regagner de l’espace.

D’autres exemples en image:











Transférer la masse d’un pied à l’autre afin de mettre le poids de son corps dans un coup; la base des offensives. Maintenant, le tout est de ne pas se sur-engagé dans une attaque au point de ne plus savoir retrouver ses appuis rapidement. Récemment, cela a, par exemple, coûté cher à Travis Browne face à Andrei Arlovski.

Cette logique est cruciale lors de combinaison; après un direct, où le poids est donc sur la jambe avant, un athlète peu enchaîner avec un jab ou un autre direct, l’obligeant alors à retransférer du poids sur la jambe arrière pour le renvoyer en avant (demandant un petit laps de temps) ou l’enchaîner avec un crochet avant en re-transférant simplement son poids au point initial, ne demandant alors aucun transfert inactif.

Partie III: La stratégie

Par Christopher Genachte



Catégories :Dossier

Tags:, , , , , , ,

5 réponses

Rétroliens

  1. Tout sur la posture en MMA #1: le positionnement des pieds | 360-MMA
  2. Tout sur la posture en MMA #3: La stratégie | 360-MMA
  3. Combattre en contre: Définition et caractéristiques | 360-MMA
  4. Les trois choix offensifs #1: l’attaque | 360-MMA
  5. Les trois choix offensifs #2: le contre asynchrone | 360-MMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :