Combattants à pression: la définition & les caractéristiques

Pressure fighter, pouvant être traduit par « combattant à pression » est un terme souvent utilisé dans la MMAsphère; mais au final, qu’est-ce que c’est ?

Partout, il est facile d’en trouver des définitions bonnes comme moins bonnes et internet créé souvent des confusions. Un pressure fighter sera trop souvent confondu avec un combattant agressif, ou un swarmer. Diego Sanchez est l’exemple parfait de l’athlète pris pour un pressure fighter qui ne l’est en fait pas. Très agressif, certes. Avance beaucoup, certes. Envoie beaucoup de coups, précis ou non, certes. Cela ne fait pas de lui un athlète du combat à pression.

Voici un groupe de caractéristiques qui définit un bon pressure fighter:

  • Quelqu’un qui garde son adversaire sur le pied arrière, le contraint à être sur la défensive.
  • Quelqu’un qui fait constamment réagir son adversaire.
  • Quelqu’un qui fait réfléchir son adversaire en permanence, qui créé la confusion chez ce dernier.
  • Quelqu’un qui gère l’espace dans la cage, tout en en laissant très peu pour son opposant.
  • Quelqu’un qui dicte un rythme soutenu pendant toute la durée du combat.
  • Quelqu’un qui avance pendant la grande majorité de l’affrontement.

Et voici un groupe de caractéristiques que beaucoup de pressure fighters incarne, mais qui ne définisse pas spécialement cette façon de combattre:

  • Quelqu’un qui envoie des coups à chaque occasion.
  • Quelqu’un qui ne recule jamais.
  • Quelqu’un qui n’a pas peur d’échanger; encaisser et donner

De manière générale, un pressure fighter est:

Un athlète qui cherche à avancer le plus possible en maintenant une distance de frappes avec son adversaire. Il ne sera pas spécialement occupé à envoyer des combinaisons à son adversaire; soit il le tiendra à distance avec son jab en choisissant bien quand frapper (experts du non-gaspillage de coups: Rory MacDonald, Nick Diaz, Luke Rockhold – confer GIF gauche), soit effectivement, il sera également très actif au niveau des frappes (experts de la pression constante avec les frappes: Matt Brown, Cain Velasquez). Peu importe son choix, son but sera de faire réagir l’adversaire, et capitaliser dessus (experts du contre en pression: Joanna Jedrzejczyk, Conor McGregor), et de le garder sur la défensive tout en créant une confusion (experts pour créer la confusion: Chris Weidman, Stipe Miocic, Cain Velasquez).

Sur base de cette définition, quelles capacités un athlète doit-il absolument développer pour incarner ce style et l’exploiter à la perfection ?

  • La gestion de l’espace de la cage: Il va avancer la majorité du temps. Avancer, c’est bien, mais quel est le but ? Si l’adversaire se déplace latéralement, cela ne servira à rien. Ce qu’il y a d’important, c’est de couper les angles. Dès que l’adversaire a son dos proche de la cage, il va soit avancer, soit circuler à gauche ou à droite. Cette pression pousse donc l’opposant à réagir (et préalablement à réfléchir). Et ses réactions peuvent être anticipées; il avance, il y a un échange. Il va sur un côté, il faut couper l’angle et/ou attaquer.
  • La gestion de la distance: En permanence, il devra garder une distance de frappe. Cela veut dire que lui peut attaquer, tout comme l’autre peut initier. Dans ce cas-là, il devra avoir une gestion et une connaissance parfaite de cette distance, pour éviter les coups sans laisser de l’espace à l’adversaire, mais également en envoyer sans offrir la possibilité à ce dernier d’esquiver et créer de l’espace. Donc, il lui faudra aussi
  • Un bon jeu de jambes: Pas spécialement un jeu de jambes hors du commun. Mais un jeu assez développé que pour pouvoir à la fois couper les trajectoires de l’adversaire ET envoyer un coup à tout moment (ou esquiver une attaque à tout moment).
  • Une variété dans les attaques: Pour garder un adversaire sur la réflexion, il ne faut surtout pas qu’il puisse calculer ce que l’autre va faire. Mixer entre lutte et boxe pour ceux qui savent le faire (Weidman, Miocic, Velasquez) ou mixer sur les attaques en pieds-poings, mixer entre corps, tête, jambes, clinch (Joanna, Diaz – confer GIF droite). Dans les deux cas, intégrer les feintes !
  • Une bonne défense et un bon menton: Toujours à distance de frappes, il faut savoir éviter ou encaisser un coup. Et surtout, il faut savoir capitaliser dessus; encaisser (confer GIF en dessous) et envoyer tant qu’il y a une ouverture, ou esquiver et contrer.

Avoir un adversaire de ce type en face, c’est ce qu’il y a de plus difficile à gérer. Ce sera dans le chapitre suivant.

Ici, Joanna avance constamment de sorte à avoir Carla dos à la cage, pouvant alors juste circuler latéralement. A chacun de ses déplacements, elle la suit, la laissant proche de la cage, occupée à réfléchir à que faire. Pas concentrée sur ce que Joanna va lancer. Elle la maintient à distance avec son jab. Carla décide de sortir par sa gauche, Joanna anticipe; c’est fini.

Par Christopher Genachte



Catégories :Dossier

Tags:, , , , , , , , , , , ,

3 réponses

  1. J’adore vous lire,
    Sincèrement merci ça fait un bien fou un peu de profondeur analytique,

    Je considère Stephan Bonnar comme un preasure fighter et en lisant cet article je ne peux m’empêcher de me remémorer époustouflante perf d’Anderson Silva se plaçant volontairement dos à la cage plusieurs fois de suite pour nous offrir son superbe finish!

    Mais Andy c’est Andy

Rétroliens

  1. Combattre en contre: Définition et caractéristiques | 360-MMA
  2. Provoquer un contre, et le contrer: une technique, un style, un art | 360-MMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :