Jeunes talents #3: Mairbek « Beckan » Taisumov

Une droite, un genou, un sprawl, du ground and pound. Les 4 grandes armes de ce jeune talent de 26 ans, venu de Tchétchénie. Jeune, de son âge, mais pas de son expérience. Débutant sa carrière professionnelle en 2007, à 19 ans, et lance sa carrière sur 4 victoires, 4 finalisations. Essuyant ensuite 2 défaites sur 3 combats, dont une face à Ivan Buchinger, il se reprend en main et gagne 7 combats en 1 année très active, lui offrant un combat pour le titre Lightweight du M-1, qu’il perd face au solide Artiom Damkovsky, face à qui il prendra sa revanche avec succès plus tard dans sa carrière.Au palmarès de 12 victoires pour 3 défaites, Mairbek continue sa carrière au M-1, remportant 8 combats sur les 9 qui ont suivi afin d’obtenir – enfin – son contrat à l’UFC.

Il commence à Singapour, face Tae Hyun Bang en 2014. Il l’emporte à la décision – sa seule victoire à la décision de sa carrière – mais il tombe de très haut 3 mois plus tard alors qu’il se fait dominer de A à Z par Michel Prazeres. Suite à une interview donnée par 360-mma.com, le Tchétchène nous informe qu’il a combattu blessé. Quoi qu’il en soit, cela lui a servi de leçon car il décide alors de changer sa façon de s’entraîner de sorte à être à 100% lors de ces combats suivants, et cela se ressent. 3-0 depuis cette défaite à l’UFC, tous par KO.

Une droite, un genou, un sprawl, du ground and pound. Cela définit bien celui surnommé « Beckan ». Evidemment, il évolue et ajoute techniques après techniques à son arsenal, s’entraînant majoritairement au Tiger Muay Thai. Taisumov direct et gnp  Taisumov sprawl et genouTaisumov genou et GNP








 

Avant son arrivée dans l’organisation, il était déjà redoutable; 20 victoires – 10 par KO, 10 par soumission. Ses soumissions sont souvent résultat de son aggressif ground and pound provoquant pas mal d’ouvertures pour finaliser par étranglement arrière. Ses 4 armes principales, mixées à un bon timing sur des amenées au sol et sur des kicks font de lui un jeune talent à suivre aujourd’hui.

Depuis sa défaite à l’UFC, il n’a fait que surprendre les fans et il se positionne maintenant en tant que prospect. A la porte du top15 de la division – les lightweights – le jeune résident d’Autriche est à une victoire d’un combat face à un grand nom. Forcément, sur 3 finishes impressionnants, dont son dernier à Berlin contre l’ancien invaincu Alan Patrick, il est sûr de dire que sa visibilité augmente.

Taisumov KO BlandelSuède, 4 octobre 2014. Mairbek Taisumov fait face à Marcin Bandel, l’expert du sol qui arrive à l’UFC avec un record de 13-2. Il n’a fallu qu’une seule minute à Maibek pour exploser sur un direct, l’une de ses armes et envoyer son adversaire au tapis. Encore à moitié conscient, le Polonais n’a pas reçu une seule seconde pour récupérer ses esprits; comme à son habitude, Mairbek était déjà sur lui occupé à le finaliser avec un vicieux Ground and Pound.

L’une des grandes qualités de ce jeune talent à suivre réside également dans son timing et sa compréhension de la distance. Il sera très rare de le voir manquer un coup dans lequel il s’engage à 100%; gardant ainsi une excellente balance sauf quand nécessaire. Une façon sécurisée de conserver son énergie et l’utiliser aux moment opportuns.

En parlant de timing, son adversaire suivant en a fait les frais. Face à Anthony Christodoulou, le poulain de la Tiger Muay Thai Gym a démontré une grande variété dans son jeu; low kicks puissants, amenées au sol simples, mais au timing parfait, provoquer l’attaque pour contrer avec des combinaisons simples, crochets au corps, et ground and pound actif et efficace. Les images parlent mieux que les mots:

Taisumov contreTaisumov sprawl et gnpToujours son timing, son direct, son sprawl et son ground and pound. Lorsqu’un athlète n’a pas un grand arsenal mais une perfection technique dans ce qu’il fait de mieux, il devient automatiquement redoutable.

Finalement, il a affronté Alan Patrick, invaincu au moment de l’annonce du combat, du haut de ses 12 victoires dont sa dernière face à John Makdessi, le Brésilien n’entrait pas dans la cage comme underdog.

Après un round où les deux athlètes peinaient à trouver leur distance, c’est encore une fois un sprawl qui donne la victoire au jeune talent qu’il va falloir suivre de très près les années à venir.

Taisumov high kick PatrickAlan Patrick télégraphe son takedown, comme le font souvent les adversaires de Mairbek. En effet, casser la distance face au Tchétchène est dangereux au vu du timing de celui-ci; ses directs ou ses genoux en contre peuvent mettre un terme au combat… Tout comme ses sprawls. Un sprawl réussi, il ne lâche pas son adversaire, le suit pour punir la tentative et voilà quelque chose de nouveau chez Mairbek « Beckan » Taisumov; un high kick. Ce dernier frôle la tête du Brésilien, suffisant pour infliger un Knockdown. La suite, on la connait, un lourd et efficace (« relentless ») ground and pound pour remporter son 24e combat, son 23e finish, à l’âge de 26 ans…

Par Christopher Genachte



Catégories :Dossier, Portrait

Tags:, , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :