UFC 189: Take that, Pacquiao-Mayweather !

L’UFC 189: Le Conor McGregor show a délivré et a même dépassé toutes attentes. Vendu comme le combat MMA de l’année, voire de l’histoire, et ce, malgré le changement d’adveraire dû à la blesure de José Aldo Jr à deux semaines du combat, les fans du sport ont finalement eu droit à l’événement de l’année.
Malgré une carte préliminaire mitigée, la soirée fut un énorme succès pour l’organisation et une soirée de qualité pour tous les amateurs de la discipline ayant assisté, ou regardé l’UFC 189 en live. Probablement une expérience unique pour les nombreux fans Irlandais qui ont fait le déplacement et qui ont marqué les esprits. Quelle ambiance, quel engouement de toute une nation derrière cet homme qui a littéralement fait de cette soirée un moment historique pour le sport. Mais, finalement, au dela d’une promotion jamais vue se cachait des athlètes élites qui ont mis le feu; principalement du dernier combat préliminaire au combat principal.
Retour sur l’événement.
Yosdenis Cedeno et Pfister ouvrait le bal. Le Cubain gère le premier round à l’aide de ses kicks léthaux et détruit la jambe de son adversaire qui dominera ensuite les 2 rounds suivants dans un combat peu excitant.

En revanche, Louis Smolka et Neil Seery réveillent le public avec un display de Jiujitsu de très haut niveau comme la MMAsphère en voit très peu; faisant penser à TJ Waldburger contre Brian Ebersole il y a des années lumières. Nombreuses tentatives de soumission, nombreuses défenses, excellentes transitions; tout y était. Louis Smolka l’emporte finalement à la décision, prenant le dessus sur l’Irlandais dans chaque round.

Fast forward, les 3 décisions suivantes ne nécéssitent pas spécialement d’être relevées; Cody Garbrandt, Alex Garcia et John Howard finissent leur soirée la main levée.

Tim Means vs. Matt Brown. Lorsqu’une telle affiche se trouve sur la carte préliminaire, c’est que la qualité de la carte est au rendez-vous ! Le main event des préliminaires. Tout fan, tout analyste pouvait s’attendre à une « guerre ». Et c’était le cas. brown guillotine MeansTim rentrait dans son combat avec un coude qui sonne son adversaire d’entrée de jeu, connu pour son coeur, qui évidemment revient dans la danse avec un coude lui-même. Les deux athlètes téméraires se sont finalement sonnés 2-3 fois mutuellement, mais c’est finalement deux coudes de Matt Brown découvert; une opportunité que son adversaire ne manque pas et finalise le combat à quelques secondes de la fin de la première reprise. Fight Of The Night !

… Ou pas ! Commence alors la carte principale avec un autre combat que les spectateurs pouvaient anticiper comme une autre guerre; almeida genou PickettBrad Pickett face à Thomas Almeida. Malgré son statut d’underdog, l’anglais commence le combat sur des « chapeaux de roues » en gagnant chaque échange debout face au jeune talent prometteur de l’UFC. Un knock down, deux knock down et le combat semble être dans les mains du vétérant « One Punch », Brad Pickett. C’était sans compter sur un retour fulgurant du brésilien en fin de round après avoir survécu à la série de coups envoyée par le britannique. Fin de la première reprise, le public debout. Dès le gong, les deux athlètes montrent leurs intentions de continuer cet excitant affrontement; Brad Pickett manque de peu un coup de genou sauté et son cadet en retourne un qui fait mouche et qui le déconnecte de ses sens. Pas de ground and pound nécessaire, le combat est fini et le jeune talent de 23 ans remporte le plus gros combat de sa carrière. Fight Of The Night !

Gunnar Knock Down Thatch… Ou pas ! Brandon Thatch contre Gunnar Nelson. Le classique striker vs grappler. Le classique southpaw vs orthodox. Le classique grand contre petit. Le classique pression contre contreur. Skip to the end : WOOOOOWWWW ! Gunnar, le partenaire d’entraînement de Conor McGregor, envoie un crochet avant-direct qui envoie Brandon au tapis. L’Islandais saute directement sur son adversaire prenant ainsi la monte et tout le monde savait alors que le combat était fini. C’est finalement le striking du grappler qui, paradoxalement, lui permet de soumettre son adversaire par étranglement arrière.

Jeremy Stephens Genou Dennis BermudezBien que ce dernier combat n’était pas aussi excitant que celui d’avant, il était tout de même à la hauteur de cette extraordinaire main card… Qui était encore loin d’être finie puisque Dennis Bermudez et Jeremy Stephens entraient dans la cage. Un combat explosif sur papier, un combat explosif dans l’Octagone. L’un comme l’autre voulait avancer mais Dennis souhaitait amener le combat au sol, en vain. Les deux étaient alors obligés de se rencontrer au centre de la cage pour échanger de puissants coups donnant du fil à retordre aux juges. Il a finalement fallu attendre la troisième reprise pour libérer les juges de cette difficile tâche de côter ce combat puisque Jeremy Stephens envoyait Dennis Bermudez au tapis à l’aide d’un genou sauté en contre. Magnifique timing mettant un terme à un magnifique combat d’actions continues. Fight Of The Night !

…Toujours pas ! Le co-main event entre Robbie Lawler, le champion Welterweight et Rory MacDonald. La revanche très attendue, 600 jours après leur première rencontre au terme de laquelle l’américain s’était imposé par décision partagée. Bien que cette revanche ne commençait pas de manière très active puisque les deux concernés calculaient leur distance, la deuxième reprise affichait un nouveau Robbie Lawler actif, efficace et puissant, cassant le nez de son adversaire. Probablement à égalité pour le troisième round, les deux combattants ont continué à peindre le sol de rouge ( le combat MacDonald combo Lawlerjuste avant fut quelque peu sanglant ). C’est finalement le canadien qui sonne le champion à 40 secondes du terme à l’aide d’un high kick. Cependant, il ne trouve pas l’ouverture pour finaliser son adversaire afin de lui prendre la ceinture. Dans le quatrième round, Rory MacDonald a essayé de continuer sur sa lancée en envoyant plusieurs high kicks et tentait de nouveau de venir à bout du solide « Ruthless » Robbie Lawler. Ce dernier survit aux attaques du challenger pour finalement reprendre peu à peu le dessus, puisque Rory montrait quelques signes de fatigue le laissant récupérer.
Dernier round : le combat est très serré. Il est fort possible que le vainqueur de ce round emportera la décision. Mais ce n’est pas dans les plans de Robbie Lawler qui n’a pas laissé sa ceinture à la décision des juges. Très rapidement, il déplace son pied avant sur l’extérieur de celui de Rory lui offrant un angle parfait pour placer un direct puissant sur la blessure du canadien qui s’éffondre sur le sol. Fight Of The Night, Fight Of The Year, Fight Of The Ever.

Lawler KO MacDonald

Voilà 10 combattants qui avaient essayé de voler la vedette au « Notourious » Conor McGregor. Et seule une personne pouvait encore le faire; Chad « Money » Mendes. Montant dans la cage sous les assourdissants encouragements de ses nombreux supporters sur place, Conor était chez lui. Plus qu’à le prouver à l’aide de ses aptitudes sportives face à un lutteur élite en Chad Mendes. C’est sans aucune peur et confiant que l’américain monte dans le ring MMA pour affronter la star irlandaise pour la ceinture intérimaire des Featherweights.
Fidèle à lui-même, Conor fait son show, discutant avec l’arbitre et son adversaire tout en envoyant spinning kicks, snap kicks et directs à son adversaire qui encaisse mais qui contre puissamment. Chad contre bien mais Conor semble prendre le dessus dans les échanges debout. Dès lors, le poulain de la Team Alpha Male, décide d’emmener le combat au sol avec succès. Quelques scrambles, le combat varie entre sol et striking; les échanges sur les pieds à l’avantage de Conor qui punit méchamment le corps de Chad. Le round finit cependant avec le remplaçant de José Aldo en « top control ».

Le second round coule stratégiquement de source; McGregor se doit de tenir le combat debout et de continuer à maltraîter le corps de son adversaire alors que ce dernier doit, quant à lui, tenter de ramener le combat en sol afin d’y continuer son « ground and pound ». C’est chose faite pour les deux puisque McGregor commence le round en mettant son adversaire en difficulté sur les pieds mais Chad Mendes, l’amène au sol et l’y garde pour 3 minutes tentant d’infliger des dommages à l’aide de ses coudes et cela lui réussit avec plus au moins de succès. L’Irlandais encaisse bien, gère relativement bien à partir de son dos et parvient à se relever pour enfin mettre un terme au combat debout. Pour ce faire, il a « snipé » avec son direct tel qu’il l’avait fait contre Diego Brandao. And new interim champion of the World : Conor McGregor!Connor McGregor Destroys Diego Brandao UFN Dublin McGregor vs. Brandao

Conor McGregor KO Mendes


 










L’UFC 189 : The Conor Show se termine sur la victoire du concerné qui fait taire toutes les critiques à son égard : il solidifie son statut de combattant MMA élite. De plus, les interviews qui ont suivi montrent une face positive respectueuse du sport. En effet, McGregor, très ému, a montré beaucoup de respect envers Mendes et inversément, et ce, malgré le trash talk. 360-mma.com le disait; il ne s’agit que de la promotion; McGregor est une personne respectueuse qui a compris le business derrière l’UFC et qui joue de l’autosuggestion. on a même pu voir Frankie Edgar venir féliciter Conor McGregor.

Par ailleurs, aujourd’hui, les détraqueurs du champion intérimaire sont déjà actifs. Evidemment, selon eux, l’Irlandais en est là où il est par circonstance. « Mendes l’aurait battu avec un full camp ». Non, mais c’est vrai que Chad s’est fatigué par manque d’entraînement (n’oublions pas qu’il est prêt en permanence), pas du tout suite aux nombreux coups puissants portés par l’Irlandais à ses côtes. Il est temps de respecter Conor McGregor pour ce qu’il est: un des meilleurs combattants sur cette terre.

Suite à une telle promotion, c’est comme ça qu’on assure le spectacle. C’est ça l’événement du siècle ! Pacquiao, Mayweather.. Prenez-en de la graine !

Par Christopher Genachte & Alison Vander Auwera



Catégories :Couverture

Tags:, , , , , , , , , , , , , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. TJ Dillashaw: feintes, jeu de jambes et travail d’angles | 360-MMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :