Les soumissions chiffrées à l’UFC

Le site MMA121.com a révisé tous les combats de l’UFC, depuis le début de l’organisation en vue d’étudier les statistiques qui se cachent derrière les soumissions. Une analyse pertinente tant sur l’évolution de la discipline et son histoire, que simplement sur la tournure actuelle du MMA.

Soumission par annéeSans grande surprise, lors des premières années de l’organisation, énormément de combats se sont finis par soumission. Les raisons ? Il n’y avait pas de rounds, pas de limite de temps; un combat se finissait obligatoirement par KO, abandon ou soumission – à l’exception de Shamrock-Gracie à l’UFC 5 et Shamrock-Taktamov au 7. Il est donc logique qu’environ la moitié de ceux-ci prenaient terme par tapout dû à un étranglement, ou une clé.

En 1996, les décisions devenaient plus commune, et en 1999, l’instauration des 3, ou 5 rounds de 5 minutes fut officielle. Depuis, l’évolution est intéressante; alors qu’entre l’an 2000 et 2003, les soumissions semblaient être de moins en moins fréquentes, elles ont augmenté entre 2004 et 2007 où près d’un combat sur 3 se terminait sur un tapout. Sur les 8 dernières années, la moyenne est légèrement tombée et c’est un cinquième des affrontements qui se finissent par ce moyen-là.

Une évolution tout à fait logique selon l’histoire du sport; les premiers UFC ont été surpris par l’efficacité du Jiujitsu, principalement de Royce Gracie. Très rapidement, les athlètes ont voulu apprendre à se défendre face à cet art, d’où la pénurie de soumissions en 1996 où les lutteurs avec un bon striking prenaient le dessus. Par la suite, tout le monde touchait un peu à tous les arts concernés par ce sport nouveau et chaque athlète était capable de non seulement se défendre au sol, mais aussi de finaliser un adversaire par soumission.

Aujourd’hui, et depuis la régularisation de cette ligne, n’indiquant aucune tendance tend à démontrer que les backgrounds chez les athlètes ont de moins en moins d’importance, et que le MMA devient de plus en plus un sport à part entière, et non un mélange de différents sports.

Soumissions

Ci-dessus, les soumissions qui ont le plus de succès à l’UFC, depuis l’UFC 1. Une note intéressante; les 5 soumissions les plus utilisées (l’étranglement arrière, la guillotine, la clé de bras, le triangle et l’arm triangle) représente 80%. Cela signifie qu’aujourd’hui, un combat sur 5 se finit par soumission, dont 4 sur 5 se finissent par l’une de ces 5 soumissions.

En allant voir un événement, la probabilité d’assister à une kimura, un heel hook ou un d’Arce choke – soumissions relativement connues – est ultra faible.

Pour finir cette courte analyse statistique, il est intéressant de savoir qu’aucune soumission n’a une évolution particulière; elles ont toutes une tendance similaire à la tendance globale.

1) Etranglement arrière (253 – 34%)

Cerrone etranglement arrière BarbozaVoici un bel exemple d’étranglement arrière bien qu’il y ait quelques petites erreurs techniques (jambes croisées, sur le côté du lock). Cependant, nombreux sont les « rear naked choke » de ce genre; un athlète sonne son adversaire, saute pour prendre son dos, profite que ce dernier soit sonné pour placer cette belle soumission. Ici, Donald Cerrone envoie Edson Barboza à l’aide d’un jab rapide et saute sur le Brésilien pour le finaliser. Un peu la même situation que Renan Barao face à Brad Pickett; un autre magnifique étranglement arrière.

La soumission la plus utilisée à l’UFC.

2) Guillotine (138 – 19%)

Sonnen Guillotine sur ShogunLa deuxième soumission la plus utilisée; la guillotine. Elle arrive souvent sur des tentatives d’amenée au sol qui exposent la nuque. Ici, la nuque de Shogun Rua, à genou, est offerte à Chael Sonnen qui enroule celle-ci avec son bras avant de plonger sur son dos pour limiter l’arrivée de sang au cerveau, forcant son adversaire à abandonner. Généralement, cette soumission se finit comme ici, dans la garde, mais beaucoup de variante existent; Frank Mir contre Kongo (demi-garde), Nate Diaz sur Miller (mount), Chris Weidman sur Jesse Bongfeldt (debout), …

3) Clé de bras (121 – 16%)

Rousey clé de bras ZinganoLorsqu’on dit clé de bras, on pense Ronda Rousey (9 victoires sur 12 par clé de bras). Et celle-ci est l’une des plus belles de l’histoire de l’UFC. Bien que Cat Zingano fasse une grossière erreur, cette clé de bras est brillante et originale; en effet, généralement, cette soumission est effectuée à partir de la mount, ou dans la garde. C’est plus rare, mais plus beau lors de scramble, comme ici, ou comme Dustin Hazelett face à Josh Burkman. Une autre transition intéressante est la clé de bras à partir du contrôle du dos; Rousimar Palhares face à Ivan Salaverry en est un magnifique exemple à aller voir au plus vite ! Vraiment dommage qu’il ne sache pas libérer une soumission plus rapidement… Quel talent.

4) Triangle (52 – 7%)

Lauzon triangle sur VarnerLe triangle est l’une des soumissions les plus faciles à défendre. Celle-ci est l’une des plus belles de l’UFC à l’issue d’un superbe combat. Joe Lauzon sweep Jamie Varner, feinte de prendre le dos pour attaquer le triangle et le finir de sa garde, comme dans la majorité des cas. Cela arrive cependant qu’elle soit finie de la mount (Demian Maia sur Chael Sonnen – superbe aussi ou Sergio Moraes sur Neil Magny). Il arrive aussi que la préparation se fasse debout (Pablo Garza sur Yves Jabouin, ou Godofredo Pepey sur Andre Fili). Il arrive aussi d’en faire une double soumission; triangle plus clé de bras (Marlon Vera sur Roman Salazar) ou triangle plus kimura (Chris Lytle sur Jason Gilliam), ou même une simple transition du triangle vers la clé de bras ou vers l’omoplata.

5) Arm triangle (41 – 5%)

Leites arm triangle BoetschLes soumissions un peu plus rares maintenant. L’Arm triangle est en général préparée de la mount et finalisée du side, ou du side avec genou sur l’estomac. Elle est moins utilisée car les athlètes ont l’habitude de chercher à frapper une fois en mount, plutôt que de soumettre. Ceci étant dit, le ground and pound offre souvent l’arm triangle, ce qui permet aux fans de voir cette technique ici et là; même dans des combats pour une ceinture; Brock Lesnar sur Shane Carwin ou Renan Barao sur Michael McDonald. Ici, c’est Thales Leites qui finalise Tim Boetsch via cette technique après avoir été sonné dans la 2e reprise et avoir tenté cet arm-triangle 20 secondes plus tôt, en vain.

6) Kimura (27 – 4%)

Frank Mir kimura Big NogLa kimura, un grip souvent utilisé pour se défendre face à une amenée au sol, ou pour réaliser un sweep; elle finit de temps à autre un combat. Cet article sur les soumissions ne pouvaient pas se terminer sans une soumission d’un des plus grands artistes du sol de l’organisation; Frank Mir. Lors de la deuxième rencontre avec Big Nog, l’Américain était sonné, complètement sonné et près de se faire soumettre par un autre athlète élite au sol. Il a cependant retourné complètement la situation et soumis son adversaire dans un des moments des plus épiques du sport.

Toutes les autres soumissions sont extrêmements plus rares; entre clés de cheville (dont 1/3 ont été réalisées par Rousimar Palhares), clés de genou (dont on retiendra surtout celle de Frank Mir sur Brock Lesnar), d’Arce choke, Anaconda choke (dont Phil Davis est le seul combattant à l’UFC à en avoir 2), Bulldog choke, Von Flue, Omoplata, la liste est longue.

Source: http://www.mma121.com/top-10-submission-statistics-data-from-ufc-mma-events/



Catégories :Dossier

Tags:, , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Les rares soumissions à l’UFC |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :