Body shots, KO ou conséquences cardiovasculaires; partie I

C’est le bon moment pour en parler.

Fabricio Werdum bat un Cain Velasquez qui semble fatigué au deuxième round alors qu’il est réputé pour son cardio (article à lire: l’effet de l’altitude sur les performances). Conor McGregor bat Chad Mendes fatigué en fin de deuxième reprise, alors que celui-ci sortait d’une guerre de 5 rounds face au champion, Jose Aldo, et qu’il s’était préparé pour un autre combat en 5 rounds 3 mois plus tôt face à Ricardo Lamas.

Les fans préfèrent discréditer le vainqueur en trouvant des excuses au perdant. Cain ne s’est pas entraîné en altitude. Chad n’a pas eu de camp complet. Bullshit. Ils ont perdu parce que leur adversaire était meilleur. Le même argument peut être utilisé pour Ronda Rousey. Elle domine autant parce qu’elle n’a pas de réelle compétition, c’est vrai. Mais elle n’a pas de réelle compétition parce qu’elle est meilleure que les autres.

Il arrive que des machines cardiaques semblent rapidement fatiguées. La raison ? Ces athlètes encaissent des coups, et cela fatigue. A la tête, au corps, au jambe, peu importe… Encaisser et défendre fatigue. Surtout les coups au corps. Les puissants coups au foie, à l’estomac, aux reins peuvent provoquer des KO puisqu’ils touchent des organes vitaux. Mais certains coups aux côtes, au plexus, ou à l’abdomen n’en provoquent pas toujours, cependant, il affecte l’endurance de la victime. Explications.

Silva genou au foie de BonnarUn coup au foie peut littéralement causer un KO. La victime peut tomber inconscient. C’est rare, mais cela est déjà arrivé en boxe anglaise. En MMA, cela n’a pas encore été le cas, bien que les fans ont été proches d’y assister; Anthony Pettis sur Donald Cerrone, Stephan Bonnar face à Anderson Silva, ou ce dernier face à Chael Sonnen, Alistair Overeem contre Brock Lesnar et plus récemment, le kick de Lyoto Machida sur CB Dollaway. Clairement, les victimes semblaient paralysées.

Contrairement aux reins et à l’estomac, le foie n’est pas protégé par des grands muscles comme ceux du dos, ni par des os (côtes). De plus, cet organe vital, presqu’aussi important que le coeur, est encapsulé par de nombreuses fibres nerveuses, directement liées au SNA, au Système Nerveux Autonome. Lors d’un impact fort et soudain, il y a des changements dynamiques de pression dans l’organe même qui provoque des signaux nerveux directement envoyés au SNA, causant une cascade de réactions complexes.

Ce n’est pas une réaction que l’homme est capable de gérer mentalement. L’athlète ne pourra pas passer au delà de cette douleur. Ce n’est d’ailleurs pas la douleur qui provoque cette réaction, elle est physiologique. Les premiers événements sont la dilatation soudaine des vaisseaux sanguins partout dans le corps, sauf au cerveau; en même temps, le rythme cardiaque diminue. Normalement, afin de maintenir une bonne pression sanguine lorsque les vaisseaux sanguins se dilatent, les battements de coeur vont accélérer pour maintenir la pression dans le système cardiovasculaire. Cependant, si les vaisseaux se dilatent et que le rythme cardiaque diminue, la pression sanguine va considérablement tomber et de manière soudaine. Pettis kick le foie de CerroneL’athlète s’écrase. Après avoir interviewé Chael Sonnen et Stephan Bonnar suite à leur défaite face à Anderson Silva, tous les deux ont dit qu’ils ne savaient plus bouger, que c’était comme si on leur avait soudainement enlevé leurs jambes.

La raison pour laquelle l’athlète tombe est simplement parce que le corps tentera instinctivement de maintenir la pression sanguine. Sans pouvoir augmenter le rythme cardiaque ou restreindre les vaisseaux sanguins, le corps se mettra automatiquement dans une position inactive (souvent en foetus) pour conserver un flux sanguin au cerveau; évidemment, sans ça, la victime décèdera presqu’instantanément ! Si le coup est suffisament puissant, une perte de conscience peut en être une cause si le cerveau considère qu’il ne reçoit pas assez dans flux sangain; la perte de conscience permettra de rééquilibrer cette pression dans le corps.

Okay, donc, un coup puissant au foie peut provoquer un KO. C’est clair. Mais si l’athlète vise mal, ce n’est pas inutile non plus. La réaction d’un coup au foie s’applique pratiquement à n’importe quel coup; même à la jambe. Explication.

Les snapkicks de McGregor à Mendes, ceux de Cerrone à Miller, les genoux et crochets de Werdum à Cain, les crochets de Rick Story à Gunnar Nelson; ces attaques ont clairement affecté les performances, particulièrement les performances endurantes des victimes. Pourquoi ?

Ce sera dans la partie II.



Catégories :Dossier

Tags:, , , , , , , , , , , , , , ,

1 réponse

Rétroliens

  1. Body shots, KO ou conséquences cardiovasculaires; partie II | 360-MMA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :