Les trois choix offensifs #3: le contre synchronisé

Partie I: Initier l’attaque
Partie II: Le contre asynchrone
Rappel: Article largement inspiré de ce chef d’oeuvre de Jack Slack.

Lors de la partie II, il avait été expliqué que toute attaque représentait trois points d’arrêt et deux périodes de mouvements; en garde (arrêt 1), l’extension du coup (mouvement 1), position étendue (arrêt 2, supposé être le moment de l’impact), rétraction (mouvement 2) et retour en garde (arrêt 3). Le contre asynchrone, décrit dans le deuxième chapitre, est le contre qui arrive lorsque l’adversaire se rétracte; c’est-à-dire lorsque le contreur a évité (esquivé/bloqué) l’initation de son adversaire et l’a ensuite contrée.

Le contre synchronisé, ou simultané, quant à lui, est le contre qui arrive pendant le mouvement 1, l’extension de l’initiation de l’adversaire. Une méthode risquée puisqu’il s’agit d’aller à l’encontre de l’attaque de l’adversaire. Comme expliqué dans le chapitre 1, en MMA, comme en boxe, comme dans presque tous les sports et tous les domaines, plus le risque est élevé, plus le gain probable est élevé; et en général, plus la probabilité de réussite est faible.

Pourquoi le gain est-il élevé ? C’est simple; lorsque l’adversaire initie, il avance. Si le contre fait mouche, cela créé un frontal; deux forces qui se rencontrent en direction opposée augmentent la force d’impact. 360-mma.com prenait l’exemple des accidents de voitures; une voiture qui roule à 50km/h et se fait rentrer par une voiture allant à du 55km/h dans la même direction; l’impact sera très faible. Cette voiture qui roule à du 55km/h qui fonce dans une voiture à l’arrêt; le sinistre total est fort probable. Cette même voiture qui réalise un frontal avec une voiture allant en direction opposée à du 50km/h; le sinistre total est certain. Le contre simultané, c’est pareil; un direct qui touche le visage d’un adversaire qui explose lui-même vers l’avant… Ca fait des dégâts.

Attention, il ne s’agit pas d’initiations simultanées. Cela peut arriver que les deux athlètes s’engagent en même temps dans une initation:

Condit MacDonald front kick synchroIci, ni l’un, ni l’autre le contre. Rory MacDonald part sur un front kick en même temps que son adversaire Carlos Condit. Simple coïncidence, qui peut d’ailleurs s’avérer drôle dans certains cas:

double-koLe contre synchronisé, bien que l’initiation et le contre arriveront plus ou moins en même temps est différent; c’est bien une situation qui se présente lorsqu’un athlète initie et l’autre contre.

DosSantosKOVelasquez-426x288_originalCette technique existe depuis très longtemps. En boxe anglaise, le contre synchronisé classique était le cross-counter; en garde ouverte, il s’agit du direct qui passe au dessus du jab de l’adversaire, en bougeant la tête vers l’intérieur. En garde fermée, il s’agit du direct qui passe par dessus le direct de l’adversaire, en bougeant la tête vers l’intérieur.

Forcément, ce cross-counter existe en MMA, de même que tous les autres contres synchronisés de la boxe anglaise, et bien d’autres encore. En effet, il est possible de contrer toutes les initiations, du jab au takedown en passant par le kick.
Alors que pour le contre asynchrone, il fallait posséder un excellent timing, une très bonne réactivité et être explosif, le contre simultané demande de l’anticipation et de la lecture du jeu. Ou bien posséder des meilleurs réflexes qu’une mouche (Anderson Silva). Dans le monde du MMA, l’un des meilleurs exemples en terme de lecture de son adversaire et d’anticipation, c’est Lyoto Machida.

89e2b-machidabader2L’oeil humain ne voit que la finalité d’une action. Un jab, il se voit lors du mouvement 1; lorsque l’adversaire commence à étendre son bras et transférer sa masse de sa jambe arrière à sa jambe avant. Un oeil travaillé peut sembler le voir venir, l’anticiper. En effet, avant d’envoyer un coup, tout humain doit générer de la force du sol; il y a dès lors quelques mouvements qui peuvent indiquer l’intention d’un athlète: un changement de niveau, un petit pas, une main qui bouge, des yeux qui se plissent. Cela peut faire gagner des nanosecondes pour anticiper une action et la contrer « en même temps ». Machida_Ortiz_knee

C’est clair: attendre que l’adversaire frappe et lancer son coup à ce moment-là; c’est du suicide. Même en prenant un chemin plus court – envoyer un jab au moment de l’overhand adverse, par exemple – le contre arriverait après le coup contré. C’est donc indispensable de préparer ce contre en même temps que l’initation de l’athlète avec qui la cage est partagée.

Le classique en boxe anglaise, c’est le cross-counter que les fans de MMA ont pu voir à plusieurs reprises dans leur discipline également:

Velasquez Cross counter JDSPour se venger de son premier combat face à Junior Dos Santos, qu’il perd sur un cross-counter au-dessus de son jab, Cain Velasquez rend la pareille au Brésilien. En garde ouverte, Cain doit bouger la tête vers l’intérieur, lui permettant de ne pas encaisser le jab de son adversaire et lancer en même temps un direct (presqu’un overhand) par dessus le jab de JDS, touchant la machoire de ce dernier.
Rothwell Cross-counter OvereemEn garde fermée, c’est le même mouvement de tête qui est nécessaire; par l’intérieur, permettant d’esquiver le direct de l’adversaire. Ben Rothwell évite ce direct d’Alistair Overeem et envoie le sien par dessus.
Roy Nelson Cross Counter SchaubAutre chouette exemple avec Roy Nelson qui pousse Brendan Schaub à jabber sur ses propres jabs afin d’envoyer ce cross-counter.

Mendes KO MezaMendes KO LamasCe cross-counter est l’une des spécialités de Chad Mendes, comme ici face à Yaozin Meza sur le jab, ou même sur le direct de Ricardo Lamas.

Ce dernier exemple montre que le cross-counter peut également passer par dessus un direct en garde ouverte. 360-mma.com l’expliquait préalablement; toute initiation peut être contrée. En MMA, la diversité d’initiations d’attaque possible est presque terrifiante, ce qui rend les contres synchronisés plus impressionnants.

GSP hook counter KoscheckEntre le classique et l’original; sur le direct de Josh Koscheck, GSP fait glisser cette attaque sur son épaule en envoyant un crochet avant. Il n’y a malheureusement pas de frontal entre le contre et la cible, mais la surprise de Koscheck est grande; il ne s’attendait pas à ce contre et ne l’a pas vu venir, du tout !

swanson counter jab StephensEn toute simplicité; le jab est plus rapide que le crochet. Lorsqu’ils sont envoyés en même temps, c’est le jab qui fera mouche, comme celui-ci de Cub Swanson sur Jeremy Stephens.

Il y a simplicité, et puis, il existe aussi les contres plus compliqués. En effet, il n’est pas toujours obligatoire de contrer un coup de poing avec un coup de poing. Un kick peut être contré avec un poing, et vice versa. Et puis, il y a aussi les genoux, et les coudes.

Machida knee counter HendoL’expert de ce genre de contre, Lyoto Machida, aime beaucoup le genou sur les avancées de son adversaire.

Le genou peut contrer l’overhand, mais cela va dans les deux sens. D’ailleurs, quoi de mieux que de prouver cette affirmation avec un petit « le contreur contré »:

Shogun cross counter MachidaMachida initie avec le genou cette fois-ci. Ca marche une fois, mais Shogun Rua anticipe la seconde tentative avec un overhand.

Le contre synchronisé, c’est risqué. Mais le gain probable est très élevé. Il met souvent un terme à un combat.

weidman-elbows-munoz1Ce genre de coup finit souvent un combat. Alors si cette méthode est utilisée avec un coude, comme Chris Weidman face à Mark Munoz, cela ne laisse aucune place au doute !

Marquardt MaiaNate Marquardt disait dans son interview après le combat qu’en observant Demian Maia, il avait remarqué que ce dernier envoyait souvent un kick en première initiation. Il l’avait anticipé non pas en lisant son adversaire, mais en analysant ses précédents combats. Cain Velasquez avouait la même chose contre BigFoot Silva.

Points, kicks, genoux, coudes. Tout peut être contré, tout peut être utilisé pour contrer. Finalement, en MMA, il y a aussi les takedowns. Ils peuvent être utilisés en tant que contre synchronisé:

mendes-takedown-lentzEn passant sous le 1-2 de Nik Lentz, Chad Mendes se retrouve en position parfaite pour l’amener au sol.

Et ils peuvent être contrés:

Hathaway knee counter SanchezJohn Hathaway envoie un genou au moment où Diego Sanchez descend pour un takedown.

C’est confirmé; le contre synchronisé est difficile, risqué… Mais lorsqu’il est réussi, il est beau et efficace.

Voici la vidéo de Jack Slack regroupant les 3 chapitres sur les 3 choix offensifs, que lui a nommé « The Three Initiatives »:



Catégories :Dossier

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :