A la rencontre de Taylor « Double Impact » Lapilus

Le Français Taylor Lapilus, déjà 2-0 à l’UFC, attend impatiemment son prochain combat au sein de l’organisation. En effet, le 21 novembre, il ira au Mexique pour affronter Erik Perez (14-6, 4-2 UFC), et ainsi, combattre pour la 3e fois cette année. Seulement âgé de 23 années, le jeune poulain de la MMA Factory atterrit là où il en est aujourd’hui de manière relativement naturelle:

Le MMA m’est venu en commençant par le JJB, j’ai suivi ensuite avec le Muay Thaï, j’ai bien accroché sur les 2 disciplines. Le MMA venait d’arriver en France à ce moment-là et j’ai suivi la nouvelle vague des jeunes qui appréciaient le MMA et qui avaient envie d’essayer le nouveau sport à la mode.

En 2012, il venait au pays de la frite pour son premier combat professionnel. Une excellente expérience puisque le bantamweight finalise son adversaire en 3 minutes 35 par triangle. 7 mois plus tard, il réédite la même soumission, en 43 secondes cette fois. Le jour même, il gagne également sa finale du 100% Fight par décision. Très rapidement, sa carrière semble se lancer.

Au début, je commence sans trop me poser de questions sur l’avenir; j’aimais ce que je faisais, c’est tout ce que je savais. Et puis, je n’avais pas d’idée de carrière plus ou moins longue. Après les premières victoires, je me suis dit qu’il y avait peut-être moyen de faire quelque chose; « finalement je ne combat pas trop mal, donc il faut y croire ». C’est après mon 3ème ou 4ème combat que j’ai dû le réaliser.

Il soumet ses deux adversaires suivants avant de connaître le goût de la défaite, la seule à ce jour. Une défaite à la décision unanime face à l’invaincu Magomed Bibulatov (combattant WSOF à ce jour). Cela ne l’a vraiment pas arrêté dans son ascension; Taylor est sur une série de 5 victoires depuis ce jour.

On apprend toujours. La défaite que j’ai eue, j’en ai déduit que je n’étais pas en forme ce jour-là et que mon adversaire avait été meilleur que moi. La chose que j’ai retenue est de toujours veiller à etre en forme pour utiliser la totalité de mon potentiel lors de mes combats et éviter toute contre performance.

Effectivement, Taylor Lapilus n’a plus connu de contre performance; 5 victoires, dont 2 récentes à l’UFC, où il a signé en même temps que son partenaire d’entraînement, Mickaël Lebout. Ils ont d’ailleurs tous les deux commencé sur la même carte, à Krakovie. Un début positif pour « Double Impact » qui domine Rocky Lee au pays de la vodka:

Ca s’est plutot bien passé, j’étais avec Mickael. Pour ma part, j’en garde un bon souvenir. L’UFC, on l’attend tous, ça s’est présenté à moi, je me suis senti prêt et j’ai relevé le défi; j’arrive à gagner mon premier combat, qui se passe sans accro. Du coup, je me dis que j’ai le potentiel pour faire quelque chose, pour aller loin, pour combattre dans la meilleure organisation du monde. Maintenant il faut monter etape par étape.

Un potentiel qu’il confirme en finalisant son adversaire suivant Yuta Sasaki, d’un overhand bien placé dans la deuxième reprise, à Berlin.Lapilus SasakiQuant à l’avenir, le petit frère de Damien Lapilus, également combattant pro, il garde la tête sur les épaules, tout en visant gros:

Je me projette déjà dans l’idée de gagner mes 4 premiers combats, ça fait partie de mes objectifs. Maintenant mes objectifs sont de rester et de perdurer à l’UFC afin d’aller le plus loin possible et pourquoi pas arriver à la ceinture.

Taylor Lapilus monte peu à peu, en parallèle avec son équipe; la MMA Factory gérée par Fernand Lopez. En effet, en plus d’avoir signé en même temps que Mickaël Lebout, leur partenaire poids lourd Francis N’gannou a rejoint leur rang et attend de faire ses premiers pas dans l’Octagone le 19 décembre, face à Luiz Enrique. 3 français à l’UFC, 3 de la même salle, c’est évidemment un avantage.

C’est très bien que l’on soit tous de la même team; c’est très motivant, on se voit tous les jours, on voit ce que l’on fait à la salle, donc c’est d’autant plus gratifiant de pouvoir dire que les 2 autres français sont de ma team. Ca  conforte mon idée: on n’a rien à envier aux autres teams internationales et nous prouvons que le MMA Factory est une bonne équipe.

Souhaitons le meilleur à Taylor pour sa prochaine échéance, le 21 novembre, et pour la suite de sa carrière dans la catégorie de TJ Dillashaw et Dominick Cruz.

Taylor Lapilus



Catégories :Portrait

Tags:, , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :