Au revoir, weight-cut ?!

La commission athlétique de l’état de Californie continue sa guerre contre les méthodes de déshydratation extrême hier (mardi 2 février 2016). Celle-ci a adopté de nouvelles régulations concernant le weight-cut qui pourraient prendre effet aussi tôt que le 1er mars puisqu’elles sont considérées comme urgentes. Les nouvelles régulations inclues le bannissement la déshydratation sévère pour faire le poids, l’interdiction de la réhydratation par intraveineuse, et la possibilité de passer la pesée plus tôt.

Andy Foster, le dirigeant de la commission, a insisté sur le fait que le plus gros problème en MMA aujourd’hui est la déshydratation liée au weight-cut. De nombreux médecins ont soutenu cette décision et elle fut acceptée, surtout suite à l’analyse de ceux-ci en les points suivants : « La déshydratation pour faire le poids pour ensuite subir une réhydratation rapide augmente les risques de concussions, de lésions cérébrales, en plus d’être davantage sujet à subir un KO ou à être beaucoup moins performant ! ». Des études avaient démontré que de nombreux athlètes montaient dans la zone de combat dans un état déshydraté.

360-mma.com précisait tous les risques liés à la déshydratation dans cet article. De même, le site couvrait la décision de l’USADA (US Anti-Doping Agency) de bannir la réhydratation par IV, sous la nouvelle politique anti-dopage de l’UFC. Malgré les controverses, la CSAC (California State Athletic Commission) adopte la même règle. L’Agence Anti-Dopage voyait cette méthode comme une manière d’améliorer sa réhydratation via un moyen non-naturel. La commission athlétique, quant à elle, installe ces régulations à cause du weight-cut, simplement. Andy Foster pense qu’un athlète qui a besoin d’une intraveineuse après la pesée se trouve dans la mauvaise catégorie de poids. Et cela réjouit 360 MMA !

Evidemment, si l’athlète nécessite ce type de réhydratation pour des raisons médicales, il y aura droit. Cependant, il ne pourra alors pas combattre, et sera fort probablement contraint de changer de division à l’avenir.

Dès lors, comme cela a déjà été suggéré, les physiciens devront tester les athlètes pour chercher des signes d’un éventuel état de déshydratation ; cela fera maintenant partie du questionnaire pré-combat. La CSAC sera donc en mesure de récupérer des échantillons d’urine pour réaliser des tests de densité, permettant de détecter une hydratation correcte. Si l’athlète ne passe pas ce test, il aura droit à 2 heures pour se réhydrater. Le cas échéant, le combat sera alors annulé.

Bien que la lutte contre le weight-cut continue, la commission reste réaliste ; cette technique continuera d’exister. De ce fait, la CSAC préfère mieux encadrer les athlètes plutôt que de les punir massivement ; ils viennent donc de définir des règles pour éviter une déshydratation trop sévère. Cependant, ils laisseront d’ores et déjà un timing plus long pour permettre aux sportifs d’être en bonne santé en montant dans le ring MMA en autorisant les pesées 30 heures avant l’événement, plutôt que 24 heures précédemment – ce changement pourrait même être étendu jusqu’à 72 heures ! En effet, de nombreux spécialistes ont déterminé que suite à une déshydratation poussée, 24 heures n’étaient pas suffisantes pour retrouver un état normal.

La commission athlétique du Kansas a déjà pris la décision de tester ces mesures le 26 février, pour le Bellator 150. Les combattants pourront se peser entre 10 et 14h la veille de l’événement qui commence à 16h. Avant, le Bellator effectuait la pesée à 16h.

Une excellente nouvelle pour tous ceux qui sont contre ces méthodes à la fois risquées et malsaines, incluant 360-mma.com

 

 



Catégories :Dossier

Tags:, , , , , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :