Le Gameplan S01E01 – Tarec Saffiedine vs Dong Hyun Kim

Bienvenue dans cette nouvelle section, appelée « Le Gameplan ».

Un nouveau format dans lequel je me positionne en tant que coach hypothétique d’un athlète à l’approche d’un combat. Pour le premier épisode, rien de tel que de choisir le seul représentant belge à l’UFC, Tarec Saffiedine, à l’approche de sa rencontre avec Dong Hyun Kim. Ce 30 janvier, à l’occasion du retour de Ronda Rousey à l’UFC 207, le belge aura l’occasion de repasser son palmarès UFC en positif (il affiche actuellement un 2-2).

First thing first; qui avons-nous en face ?

Selon moi, « Stun Gun » est le combattant le plus under the radar de la division, voire même de l’UFC tout simplement. N’apparaissant jamais dans les médias, le Sud-Coréen n’est jamais au coeur de l’attention et peu sont ceux qui parlent de lui. Il affiche pourtant un solide palmarès de 21-3 et ses 3 défaites en disent long sur lui; Carlos Condit, Demian Maia et Tyron Woodley. Autrement dit, le champion actuel, l’ancien champion intérim et challenger à la ceinture à 2 reprises, ainsi que le prochain contender, à priori. Ceci étant dit, il n’a pas encore eu sa victoire de référence (sûrement la raison pour laquelle il passe tant inaperçu) – malgré ses victoires contre Nate Diaz (lors de son bad run en 77), Matt Brown en 2008, TJ Grant (en 77), Erick Silva & John Hathaway (un autre under the radar fighter).

Les victoires, les défaites, cela ne nous indique pas grand chose, mais donne une idée globale de l’adversaire. Il est 8e de la catégorie et mérite amplement cette position. D’un point de vue technique, c’est là où cela devient intéressant pour notre article.

Dong Hyun Kim est un gaucher, grand et massif pour la division. Il est 4e Dan en Judo, et cela se voit dans ses performances; une fois au clinch, seul Demian Maia peut se permettre de vouloir y rester confortablement. Il prend généralement le centre de la cage pour presser et effectue le meilleur de son boulot collé à son adversaire contre le cage; qu’il commence en position dominante ou non. En striking, pas d’explosivité mais du poids dans ses frappes, au sol, c’est pareil, pas de passage explosif, mais passages par pression, « style sangsue » comme j’appelle. Restons-en là pour cette partie; certains points seront approfondis plus tard. Quoi qu’un dernier détail crucial est à aborder maintenant:

dong-hyun-kim-posture

Rien n’est choquant dans cette image ? Sa posture. Principalement ses jambes. Regardez à quel point son pied avant est rentré vers l’axe (excellent pour l’équilibre, moins pour… Défendre les low kicks). Regardez à quel point ses jambes sont alignées style Tae Kwondo (ou Erick Silva, au choix) – Excellent pour les spin, moins pour… Défendre les low kicks). Soit, passons au prochain point, même si vous voyez déjà où je veux en venir.

Second Thing Second, que possède Tarec ?

Quand on dit le mot Tarec, la première image qui vient en tête est la jambe mauve de Nate Marquardt. Ou le mot low-kick. Pour moi, c’est plus globalement « counter striker » qui vient en tête. Je ne vais pas m’étendre sur une analyse brute de Sponge mais on peut tous être d’accord sur cette description des points forts:

Excellent striker diversifié et réfléchit qui effectue le meilleur de son travail en contre, possédant une excellente lutte défensive neutre (ce que j’entends par là et qu’il empêche super bien les amenées au sol, cependant, il ne montre pas d’urgence à sortir des positions de contrôle, tant qu’il est debout) et forcément, des low kicks redoutables.

Nous pouvons également tous nous rejoindre sur la description suivante de ses points à améliorer:

Athlète aux déplacements latéraux excellents qui ne profitent pas suffisamment des espaces qu’il se créé et qui manque légèrement d’aisance pour maintenir le combat dans sa zone de confort.

Sur base de cette pré-analyse, passons à un gameplan

Le Gameplan

Avant de commencer, j’aimerais rapidement expliquer ce qu’est un gameplan selon moi. Pour faire bref, il s’agit d’un guideline, des détails à retenir pendant le combat dans le but d’obtenir la victoire. Pour ce faire, il ne faut pas se concentrer sur les aspects dans lesquels on est meilleur que l’autre, mais trouver celui où on est bien meilleur que l’adversaire. C’est très beau de voir un Jon Jones battre Chael Sonnen dans sa zone de confort. Mais c’est risqué. GSP le disait très bien; il pensait pouvoir battre Nick Diaz en striking, mais c’aurait été con de prendre ce petit risque (même si il pensait gagner quand même par cettre stratégie) alors que c’était beaucoup plus simple de l’emmener dans le monde de la lutte pure.

Lors de l’UFC 207, un point que tout le monde voudrait mettre sur table est « bah, rester sur l’extérieur, en gaucher pour attaquer la jambe avant en garde fermée, et utiliser beaucoup de mouvements latéraux ». Je pense qu’il s’agirait en fait du second pire gameplan à utiliser contre Dong Hyun Kim (le premier étant d’essayer de lutter contre lui, grosse erreur de ses 2 derniers adversaires).

La première chose sur laquelle j’espère que Tarec a travaillé, c’est de sortir complètement de sa zone de confort, et retrouver le Tarec qui s’était montré (même illustré) contre Scott Smith. Un Tarec qui ose prendre le centre, qui ose être sur le lead.

Les deux seuls moments où Kim était en difficulté contre Burkman ? Quand Josh le faisait reculer. Contre Erick Silva ? Pareil.

condit-flying-kne-kim

… Tadam. Où se trouve Kim avant de se faire finaliser contre Condit ? Dos à la cage. Maintenant, soyons réalistes. Kim est large et impose dans une cage. Il avance comme un zombie car il s’en fout de finir au clinch; c’est là où il se sent le plus à l’aise. Cependant, les mouvements latéraux permettent souvent d’obtenir un angle dominant sur Stun Gun, et permettent surtout de trouver de l’espace pour récupérer le centre et mettre ce dernier dans son point le plus faible.

Tarec genou LimLe premier point de cette guideline fait partie de l’aspect « non-combattif » du MMA; se battre pour le centre de la cage.

Tiens tiens tiens…

Ce genou sauté contre Lim, dos à la cage, ne ressemble-t-il pas à une situation connue de Kim… ?

Sait-on jamais, sait-on jamais. Mais comme quoi, Tarec est aussi très bon sur le lead.

En général, je n’aime pas les « ne pas » dans un gameplan. Tout comme je n’aime pas travailler la défense de la force de l’adversaire (ex: travailler la défense des clés de bras quand on s’apprête à affronter Ronda – Mauvaise idée). Je n’aime pas cela car on perd du temps à se concentrer sur « ne pas perdre de cette façon » plutôt qu’utiliser ce temps à se concentrer sur « gagner de cette façon ». Cependant, face à Dong Hyun Kim, il est clair qu’il faut éviter le clinch. Mais ceci n’est pas un conseil, ni une guideline à mettre dans un gameplan. En revanche « Au clinch, créer un frame pour placer un genou et sortir« , ça, c’est une guideline. En MMA, le clinch est probablement la position la plus facile à obtenir et cela a justement fait le succès de Ronda Rousey. Bullrush; t’es au clinch. Jab-jab en avancant et t’es au clinch. Duck under un jab et t’es au clinch. Partir paresseusement sur un takedown et t’es au clinch. Etc. Etc. En d’autres termes, le clinch sera inévitable (à moins de finir le combat rapidement), mais il faut laisser son égo de côté. Ne pas vouloir battre Kim au clinch. Ne pas vouloir y rester. Attirer son attention sur un genou pour sortir. Cela a très très bien fonctionné pour Erick Silva et Siyar Baharduzada. Ils sortaient relativement du clinch. Pourquoi ? Simplement parce qu’ils ne cherchaient pas à y rester.

Donc, deuxième point, contrairement à ses deux dernières performances où il ne montrait pas d’urgence en clinch défensif, ici Tarec se devrait de se libérer du clinch au plus vite, et idéalement, en marquant des points au passage à l’aide d’un genou (Kim les défend mal).

Pour le troisième point, ne soyons pas fou. Tarec possède d’excellents Low Kicks. En Orthodox comme en Southpaw. En garde fermée (surtout) comme en garde ouverte. Kim n’a pas un posture lui permettant de checker les Low Kicks (surtout outside). Stun Gun a demontré pas mal de force dans sa main gauche, qui s’avère plus dangereuse en garde ouverte. Je serais d’avis à avoir un Tarec plus souvent en gaucher, circulant latéralement sur sa propre gauche pour se créer des ouvertures de low kicks en frontaux; Je m’explique: Je fais un pas sur ma gauche; mon adversaire pivote sur sa droite (sa jambe avant bouge sur la droite). Si, à ce moment, j’envoie un low-kick, la direction de mon kick sera opposée au déplacement de la jambe (cible) de mon adversaire, augmentant alors l’impact du coup. Voici un exemple imagé: benson-henderson-low-kicks-nate-diaz-ufc-on-fox-5

De plus, rappelez-vous de la première image de cet article. Kim est fort « en T » (pas hanté, attention, quoi que…) par rapport à son adversaire. Sa jambe avant est donc offerte de profile. En se déplacant sur l’extérieur, Tarec pourrait même avoir accès à l’arrière de la jambe, et…

nerf-sciatique

Ceci est une image de là par où passe le nerf sciatique dans la jambe (les pointillés)…. Mmmmh.

En gros:

#1 Travailler l’espace pour maintenir le centre de la cage au maximum

#2 Sortir en cas de clinch, éventuellement en marquant rapidement des points

#3 Point fort vs Point faible: les low kicks.

Je n’aime pas développer un gameplan trop établi. Cela met trop d’informations dans la tête de l’athlète qui doit déjà gérer son adrénaline. Juste… En cas de sol, face à un style à lourde et lente pression comme un Josh Barnett, ou Kim dans ce cas précis, il ne faut pas travailler le bloc, mais le framing. Tout le monde aurait tendance à vouloir empêcher Kim d’avancer de position, ça ne marchera pas, il a trop l’habitude. Il faut justement, lui laisser une ouverture, anticiper son mouvement dans cette opportunité, pour trouver un espace à exploiter.



Catégories :Analyse

Tags:, , , ,

%d blogueurs aiment cette page :