McGregor vs Nurmagomedov: un cauchemard réciproque

C’est annoncé et je ne vous l’apprend pas: la rivalité entre l’Irlandais Conor McGregor (21-3) et le Russe Khabib Nurmagomedov (26-0) a porté ses fruits; ils vont s’affronter en main event – évidemment – de l’UFC 229, le 6 octobre à Las Vegas, pour la ceinture Lightweight (-70.3kg).

Préparons-nous, à nouveau, à lire de nombreux articles sur cet événement, qui porteront sur les contreverses, les statistiques, les pronostiques et tout ce qui s’en suit. Heureusement, ce combat fera parler du MMA à échelle internationale. Malheureusement, 90% (et surtout dans les réseaux francophones) des articles seront d’une qualité déplorable, tant en termes d’information qu’en termes de connaissances. C’est l’effet Mayweather-Pacquiao, ou Mayweather-McGregor: tout le monde en parle donc tout le monde doit en parler ! Nous avons eu droit à des avis d’experts (qui ne savent pas ce qu’est un hors-jeu) suite à France-Belgique lors de la coupe du monde, nous aurons droit à des avis d’experts (qui ne savent pas la différence entre UFC et MMA) pour ce title fight.

Quoi qu’il en soit, voici déjà une rapide pré-analyse qui vise à casser toutes les imbécilités que nous lirons dans les prochaines semaines, jusqu’au 6 octobre. Et en fait même jusqu’au 15 octobre; c’est souvent les post-fight « analysis » qui font le plus mal aux yeux !

Commençons par le plus évident: ce combat est, au niveau style, un cauchemard pour l’un comme pour l’autre ! En effet, si nous devions décrire le pire adversaire pour Conor, nous en viendrions à un monstre de la lutte avec un ground-and-pound efficace. A l’inverse, le pire adversaire pour Khabib est quelqu’un capable de le faire combattre sur sa jambe arrière avec un striking à la fois précis et puissant.

Nous lirons, et avons déjà lu, des bêtises telles que « c’est un combat trop facile pour Khabib, il va l’amener au sol et le tuer là ». Ou, à l’inverse « c’est une promenade pour McGregor, il va le toucher et Khabib va tomber comme une mouche ». Effectivement, l’un de ses deux scénarios est extrêmement probable, cela ne veut pas dire que ce sera facile et inévitable !

L’approche du combat sera cruciale: il est compliqué pour un striker d’aborder un combat en sachant qu’il ne peut pas se faire amener au sol, qu’il doit faire gaffe à ne pas surengager, à garder de l’espace derrière lui pour reculer, qu’il ne peut pas se permettre de finir au clinch. Il est tout aussi compliqué pour un lutteur d’aborder un combat sachant qu’il ne peut pas se faire toucher au menton lorsqu’il cherche à casser la distance, et qu’il ne peut pas se laisser submerger par une pression. Cela peut donner des combats catastrophes (Overeem vs Werdum, Silva vs Maia, …) comme de réelles dominations du lutteur (Velasquez vs JDS II & III, Khabib vs Barboza, …), comme de réelles dominations du striker (Ngannou vs Blaydes, Thompson vs Hendricks, …), comme n’importe quoi d’autre: cela reste du MMA et les classiques strikers vs grapplers nous ont offert de tout. Absolument de tout !

Sans surprise, celui qui arrive à imposer sa zone de confort met toutes les chances de son côté. C’est la logique « Georges Saint-Pierre »; tu t’en fous de savoir si tu es meilleur partout que ton adversaire, il faut juste savoir là où la différence est la plus grande et tu y vas. C’est (c’était ?) sa grande force: il gérait la direction du combat ! Gérer la direction d’un combat réside souvent dans l’un des skills invisibles du MMA: la gestion de la distance ! Et c’est là que beaucoup va se jouer. Pourquoi est-il compliqué d’amener des karatéka (Stephen Thompson, Lyoto Machida, GSP) de formation au sol à moins de les presser contre la cage ? Parce qu’ils imposent une distance plus grande que ce dont on a l’habitude. Cela signifie que les tentatives de takedowns sont plus téléphonées, et donnent une fenêtre plus large pour réagir défensivement.

Et c’est maintenant que cela devient intéressant: Khabib n’est pas connu pour avoir un bon jeu de jambes, ni un jeu de déplacement anticipatif. Il avance, de manière très linéaire, espérant que son adversaire plante ses pieds au sol pour contrer ou échanger, et c’est là qu’il obtient ce qu’il veut: un clinch, ou un takedown immédiat et qu’il arrive dans son monde où personne ne peut rivaliser avec lui. Conor, quant à lui, a développé un jeu de pression très efficace depuis son arrivée à l’UFC: il avance, coupe très bien les angles, choisit intelligemment ses attaques et reste l’un des meilleurs contreurs qu’on ait vu dans une cage. Le point commun ? Avancer.
reep
gl2iapq.gif

Ces deux athlètes non seulement aiment, mais ont besoin d’être sur le lead.  C’est là ou ils imposent leur gameplan, leur domaine d’expertise. Les seules fois où nous avons vu Khabib « en difficulté » (lire: ne pas complètement dominer) est lorsqu’il reculait: Johnson l’a bien touché, Iaquinta l’a rendu inefficace en lutte pendant 2 rounds, Barboza a eu du repos lorsqu’il mettait le Russe sur son pied arrière. McGregor s’est fait sonner par Diaz lorsqu’il relachait sa pression (dans les 2 combats).
UnrulyAdoredFawn-size_restricted.gif
Conor Diaz 12

A priori, dans ce combat, c’est Nurmagomedov qui devrait avancer sur les premières minutes: face à Barboza, striker élite, il a avancé en sachant qu’il allait encaisser. Mais cela vallait la peine car cela l’amenait en position de pouvoir grappler. McGregor devra certainement se reposer, au début, sur du mouvement latéral et du contre pur. C’est là le challenge: ne jamais se retrouver derrière la ligne noire interne à l’Octagone de l’UFC face à quelqu’un qui ne cesse d’avancer. La clé de ce combat, selon moi, se cache ici: dans les déplacements:

Conor saura-t-il adapter un style plus défensif, et se déplacer pour amener Khabib à rentrer dans un contre ?
Conor McGregor vs Marcus Brimage (1)

Ou même Conor saura-t-il simplement s’imposer et faire reculer Khabib sans que ses takedowns réactifs ne l’inquiètent ?
308519e1e4f04484ccb627768d56ce38b4a6d1c5_hq

Khabib arrivera-t-il à avancer sans cesse et couper les angles pour chercher le clinch ?
ClearcutEnragedAmurstarfish

Ou, le cas échéant, sera-t-il capable d’avoir des takedowns réactifs efficaces s’il se fait mettre la pression ?
6_medium

Une seule chose est sûre; j’ai hâte d’être le 6 octobre pour voir le dénouement de cette rivalité. Particulièrement les 30 premières secondes qui en diront long sur la dynamique totale du combat !



Catégories :Analyse

Tags:, , , ,

%d blogueurs aiment cette page :